PHOTOS - Emmanuel Macron et ses phrases pas vraiment de gauche

PHOTOS - Emmanuel Macron et ses phrases pas vraiment de gauche
Politique

EN PISTE - Alors qu'il annonce sa candidature à la présidentielle mercredi 16 novembre, retour sur les "pas de côté" les plus fameux de l'ancien ministre de l'Economie

1/9 Pour bien figurer devant les patrons, une règle, une seule : dézinguer les 35 heures. Une tactique qui comporte des risques. Cette sortie devant l'université du Medef à la fin de l'été 2015 avait valu au ministre de prendre volées de bois verts sur volées de bois verts.
2/9 Un des réflexes des principaux tenants du libéralisme : renvoyer gauche radicale et extrême droite dos à dos.

Patrick Kovarik / AFP

3/9 Ces gens qui empêchent de casser le droit du travail comme on veut, quelle plaie...

JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

4/9 Réponse en mode "je botte en touche" à la question de savoir s'il se sent socialiste.

AFP

5/9 Oh tiens : un hommage implicite à Margaret Thatcher, Première ministre britannique à cette époque et incarnation ultime du néolibéralisme en Europe. Les syndicats devraient apprécier.

JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

6/9 Transmis aux militants de l'égalité, forcément "jaloux"

AFP

7/9 Emmanuel Macron passe le bonjour aux députés frondeurs, représentants de l'aile gauche du PS, qui n'ont pas voté sa loi censée libérer l'activité en France.

AFP

8/9 Peut-être qu'avant d'être milliardaire, ils toucheront du doigt l'espoir d'avoir un salaire mensuel suffisant.

AFP

9/9 Aïe, la stigmatisation des ouvriers, ça ne sentirait pas un peu le mépris de classe ?

AFP

Toute l'info sur

Emmanuel Macron dans la course à l'Elysée

Sur le même sujet

Et aussi

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent