Pierre Gattaz, le roi de la provocation

Politique
POLÉMIQUE - Le président du Medef a souhaité jeudi qu'il soit possible de licencier un salarié sans aucun motif. Une nouvelle proposition choc de Pierre Gattaz qui les multiplie depuis son arrivée à la tête du patronat en juillet 2013.

Jeudi, le président du Medef a proposé que la France quitte la convention 158 de l'Organisation Internationale du Travail . Celle-ci impose de justifier à un salarié la raison de son licenciement. Retour sur les précédentes polémiques engagées par Pierre Gattaz.

10 octobre 2013: un million d'emplois en cinq ans
C'est le slogan qui colle à la peau de Pierre Gattaz. Accroché à sa veste, un pin's (made in République Tchèque) rappelle l'une des premières propositions du patron des patrons: "Un million d'emplois en cinq ans". Tandis que le gouvernement s'apprête à enterrer sa promesse d'inversion de la courbe du chômage, la sortie de Pierre Gattaz détonne. Celui-ci conditionne cette embellie à des réductions massives des charges des entreprises.

11 février 2013: la visite remarquée aux Etats-Unis
En visite d'Etat outre-Atlantique, François Hollande emmène avec lui le président du Medef. Un mois plus tôt, le président de la République annonçait le "Pacte de responsabilité" : des réductions de charges contre des emplois. Volte face de Pierre Gattaz qui ne veut plus entendre parler de "contraintes" (d'embauches) en échange des baisses de charges. Pas très protocolaire, il organise un point presse en plein voyage présidentiel. Le chef de l'Etat a ainsi vu une partie de son voyage occulté au profit d'un membre de sa propre délégation.

15 avril 2014: des salariés payés sous le Smic...
Pour Pierre Gattaz, il serait préférable de rémunérer certaines catégories de travailleurs à un niveau inférieur au Smic. Les jeunes sont particulièrement visés par le Medef . En 1994, Edouard Balladur avait du renoncer à un projet similaire face à la mobilisation des étudiants. La proposition de Pierre Gattaz fait polémique, y compris au sein du patronat. Laurence Parisot, sa prédécesseur, y voit "une logique esclavagiste".

6 mai 2014: … Mais Gattaz augmenté
S'il prône des salaires au plus bas pour les jeunes, lui-même préfère s'augmenter . A la tête de Radiall, son entreprise, sa rémunération a progressé de 29,4% en 2013 selon Le Canard enchaîné. Le journal satirique note que les employés de l'entreprise ont, eux, été augmentés de... 3,3%. Face à la polémique, Pierre Gattaz a dit "attendre des félicitations". "Je me bats depuis vingt ans pour garder des emplois en France", s'est-il justifié, précisant que c'était la part variable de sa rémunération qui avait progressé.

24 septembre 2014: le document choc ultra-libéral
Travail de nuit, travail le dimanche, suppression de deux jours fériés (sur 11 actuellement), "sous-smic", seuils sociaux, dérogation à la durée légale du travail. Dans "un petit livre jaune" d'une cinquantaine de pages, Pierre Gattaz présente la marche à suivre pour créer le million d'emplois qu'il promet. Le patron des patrons reconnaît lui-même que ces propositions "apparaîtront certainement agressives ou caricaturales à certains", mais, poursuit le Medef, "ils ont tort. Il s'agit avant tout d'animer un débat [...] Notre conviction est que nous n'avons pas 'tout essayé contre le chômage', nous avons juste essayé ce qui n'a marché nulle part et oublié ce qui a fonctionné partout".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter