Plan de relance européen : "C’est un échec cuisant pour Emmanuel Macron", selon Adrien Quatennens

Plan de relance européen : "C’est un échec cuisant pour Emmanuel Macron", selon Adrien Quatennens
Politique

RÉACTION - Invité politique de Renaud Pila sur LCI ce mardi, le député de La France Insoumise Adrien Quatennens a abordé l'accord sur le plan de relance européen. "Ce que nous avons vu relève plutôt d’un marchand de tapis plutôt que d’un accord européen" a-t-il déploré.

Ce mardi, le député de la 1ère circonscription du Nord de La France Insoumise Adrien Quatennens était l'invité de Renaud Pila pour l'interview politique. Ce dernier est revenu sur l'accord "historique" trouvé par les 27 concernant le plan de relance à l'occasion du sommet européen qui s'est bloqué ce mardi matin à l'aube. "Ce que nous avons vu relève plutôt d’un marchand de tapis plutôt que d’un accord européen. Nous ne sommes plus dans le compromis mais dans la compromission. C’est un échec cuisant pour Emmanuel Macron et une nouvelle démonstration que l’Union européenne est un espace de compétition et non un espace de coopération entre les peuples. Il n’y a pas de solidarité européenne", a affirmé Adrien Quatennens.

Lire aussi

"Il y a des surstocks, donc on nous oblige à les porter"

Le député LFI a également évoqué la question du port du masque, désormais obligatoire dans les lieux clos depuis ce lundi : "Le virus circule toujours, nous n’avons pas de traitement ni de vaccin, il faut rester vigilant. J'appelle à la plus grande prudence et au respect strict des règles sanitaires. Concernant le port du masque, les positions ont évolué en fonction des stocks. Il y a aujourd’hui des surstocks, donc on nous oblige à les porter. Nous avions fait une proposition de loi pour la gratuité des masques, balayée d’un revers de la main par la majorité. Les masques, s'ils sont obligatoires, doivent être disponibles et gratuits."

"C'est un choix hasardeux"

Adrien Quatennens a également abordé le sujet épineux du ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, dont la nomination fait débat chaque jour, en raison des accusations de viol qui pèsent toujours sur lui. 

Toute l'info sur

L'interview Politique

"La présomption d’innocence est dû à tout citoyen dans ce pays. Il est néanmoins étrange de nommer un homme qui fait l’objet d’accusations au gouvernement, je comprends que les associations féministes soient vent debout. C'est un choix hasardeux", a réagi le député du Nord.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent