Plus de six Français sur dix souhaitent qu'il reste à Matignon : Edouard Philippe, indéboulonnable ?

Plus de six Français sur dix souhaitent qu'il reste à Matignon : Edouard Philippe, indéboulonnable ?
Politique

EXECUTIF - En bonne position pour remporter la mairie du Havre, le 28 juin, Edouard Philippe ne devrait pourtant pas, sauf retournement, quitter Matignon. Une décision que viendraient conforter les sondages d'opinion, très flatteurs à son égard.

Edouard Philippe sera-t-il le grand gagnant du déconfinement ? A la manœuvre dans la gestion quotidienne de la crise sanitaire depuis le mois de mars, le Premier ministre n'en finit pas de grimper dans les sondages. Une tendance d'autant plus notable que, depuis plusieurs semaines, l'écart de popularité ne cesse de se creuser entre le chef du gouvernement et Emmanuel Macron. 

Un sondage publié vendredi 19 juin par BVA pour Orange et RTL* confirme cette tendance de façon assez spectaculaire. Edouard Philippe est désormais crédité de 54% d'opinions favorables, après avoir gagné 13 points depuis deux mois. Il ne séduit pas seulement l'électorat de droite dont il est issu (+13), mais aussi celui de gauche (+15 hors PS, et +5 chez les sympathisants PS). 

Le Premier ministre a gagné huit points en un seul mois, reléguant Emmanuel Macron à 16 points derrière lui (38% d'opinions favorables), le chef de l'Etat restant la principe cible des sujets de mécontentement dans le pays. 

Une majorité de Français souhaitent qu'il reste

Alors qu'Edouard Philippe est engagé dans la bataille des municipales au Havre - ville dont il a été maire de 2014 à 2017 -, pas moins de 61% des sondés ne souhaitent pas qu'Emmanuel Macron change de Premier ministre. Une confiance qui semble confirmer les précédentes enquêtes sur le regard porté par les Français à l'actuel occupant de Matignon et sa gestion quotidienne de la crise sanitaire et des étapes du déconfinement. 

Un élément qui pourrait peser dans la balance, au moment où Emmanuel Macron réfléchit à un remaniement pour le mois de juillet, afin de lancer le "nouveau cap" du quinquennat pour les deux années à venir. Selon les informations recueillies par LCI, le sort d'Edouard Philippe n'est pas fixé pour l'heure, pas plus que celui des autres ministres de son gouvernement. 

Serait-il devenu indéboulonnable ? Pas vraiment, le chef de l'Etat ayant par principe le dernier mot dans la nomination de ses ministres, et Edouard Philippe ne venant lui-même pas de la majorité LaREM. Mais le limogeage d'un chef de gouvernement populaire en pleine crise pourrait interroger. 

Lire aussi

"Je serai de retour au Havre"

Edouard Philippe, bien conscient de la situation, a pris soin d'envisager toutes situations, dans une interview sans ambiguïté accordée le 16 juin à Paris-Normandie. "J'entends bien redevenir maire dès lors que je ne serai plus Premier ministre", a-t-il indiqué. "Si [le président de la République] pense, après l'élection municipale, que je dois continuer ma mission à Matignon, j'assumerai mes responsabilités. Il sait qui je suis, ce que j'incarne, ce que je peux faire et ce que je ne peux pas faire. S'il pense que quelqu'un d'autre est plus utile, je respecterai son choix en toute loyauté." Et d'ajouter : "Si les électeurs me font confiance, je serai de retour au Havre. Au plus tard en mai 2022, mais peut-être beaucoup plus tôt". 

Depuis le début de la crise sanitaire, les relations entre le chef de l'Etat et son Premier ministre ont été régulièrement sujettes à interrogations, même si l'exécutif a assuré à plusieurs reprises qu'Emmanuel Macron et Edouard Philippe étaient sur la même longueur d'onde. Au point de pouvoir travailler encore deux années supplémentaires ?

Toute l'info sur

Le gouvernement Edouard Philippe III

* Enquête réalisée en ligne du 17 au 18 juin auprès de 1003 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent