Épinglée par Mediapart, la directrice de cabinet de François de Rugy poussée à la démission

Politique

Toute L'info sur

Affaire Rugy : le ministre de l'Écologie poussé à la démission

NOUVELLE RÉVÉLATION - La directrice de cabinet de François de Rugy occuperait un logement HLM depuis 2001, indique une enquête de Mediapart. Pendant douze ans, elle n'y aurait pas habité. Une révélation qui l'a, selon Le Point et Ouest France, poussée à la démission.

Les ennuis se multiplient pour le ministre de la Transition écologique. Déjà épinglé pour son train de vie lorsqu’il était président de l’Assemblée nationale, François de Rugy doit faire face à une nouvelle révélation émanant de Mediapart concernant son entourage. C'est en effet sa directrice de cabinet en poste depuis octobre 2018, Nicole Klein, qui est dans l’œil du cyclone. Haut fonctionnaire mais aussi préfète, elle occupe - selon Mediapart - depuis 2001 un logement social à Paris (HLM). Pire, elle aurait continué à en jouir entre 2006 et 2018 alors qu’elle n’y était pas, travaillant dans d’autres régions. Toujours selon Mediapart, elle aurait occupé des postes dans des préfectures départementales et régionales, donc loin de la capitale…

Lire aussi

Le journal d'investigation rappelle que l’ancienne inspectrice générale de l’équipement est arrivée en 2001 à Paris, alors nommée à un poste au ministère de l’Équipement. Interrogée par Mediapart, Nicole Klein a confirmé ces faits : "Je suis arrivée à Paris en deux jours, le ministère a trouvé ce logement", tout en précisant que son "entrée dans le logement" s'était réalisée dans "des conditions parfaitement légales".

Logement justifié ?

Face à la polémique, la directrice de cabinet de François de Rugy plaide désormais un "manque de temps" pour ne pas avoir clarifié sa situation. Interrogé également, le bailleur social s'est réservé de tout commentaire. Mais c'est le maintien dans son logement, après avoir changé de ville et de fonction, qui pose question. Si elle a pu répondre aux critères d'entrée dans un HLM en 2001, est-ce toujours le cas en 2018 ? Rien n'est moins sûr. Bien que le salaire de Nicole Klein ne soit pas connu, Mediapart s'est appuyé sur les conclusions du député René Dosières qui estimait le salaire d'un membre de cabinet à plus de 9 200 euros brut mensuel en moyenne. Il semblerait donc que Nicole Klein ait dépassé le plafond de revenus pour être éligible à un appartement classé HLMO, et que le bailleur aurait dû demander à son locataire de quitter l'appartement. Pour se justifier, la préfète aurait payé "un surplus", explique-t-elle. 

En vidéo

De Rugy : ce qu'on lui reproche

Lors de sa première version, Nicole Klein aurait laissé entendre que ses enfants avaient "habité" le logement parisien quand elle a pris on poste à Bordeaux notamment. Avant de revenir sur ses propos un peu plus tard, justifiant des allers-retours avec la ville girondine le week-end. Or comme le rappelle Mediapart, un logement HLM n'est disponible à la location que s'il s'agit d'un logement principal. "C'était ma résidence principale et mon domicile fiscal", a rétorqué la directrice de cabinet.

A la demande de François de Rugy, et sans doute pour éteindre la polémique, Nicole Klein a annoncé son départ du cabinet, rapportent plusieurs médias, dont Le Point et Ouest France. "C’est François de Rugy qui souhaite expressément que je parte", a-t-elle confié.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter