Polémique BarakaCity : "Le Supplément" répond à Najat Vallaud-Belkacem

Politique
LAÏCITÉ - Critiquée depuis une semaine pour sa réaction jugée trop faible face à Idriss Sihamedi, président de l'organaisation humanitaire islamique Barakacity, Najat Vallaud-Belkacem s'en était prise à l'équipe du Supplément, qui, selon elle, voulait faire du buzz avec cet invité. Dimanche, l'émission de Canal+ a rétorqué que la ministre connaissait à l'avance la liste des invités.

Les journalistes du Supplément de Canal+ ne se laissent pas faire. Mise en cause cette semaine par Najat Vallaud-Belkacem, l'équipe a vertement répondu dimanche à la ministre de l'Education dans la polémique sur l'association BarackCity.

Rappel des faits : dimanche dernier, Najat Vallaud-Belkacem, invitée du Supplément, assistait, médusée, à l'interview d'Idriss Sihamedi , président de l'association BarackaCity. L'humanitaire, qui se définit comme "salafiste quiétiste", expliquait aux journalistes qu'il ne serrait pas la main des femmes, et éprouvait quelques difficultés à dénoncer clairement les exactions de l'Etat islamique en Syrie.

EN SAVOIR +
>> Affaire BarackaCity : après le malaise, Najat Vallaud-Belkacem sommée de s'expliquer

Se disant "mal à l'aise" en plateau, la ministre avait par la suite clairement condamné les propos du responsable associatif. Violemment attaquée par l'opposition pour sa "faiblesse" présumée, elle a également dû s'expliquer à l'Assemblée nationale. A l'occasion, elle a mis en cause le fait "d'inviter des gens infréquentables pour faire du buzz", se disant "indignée" de la "tribune" que Le Supplément avait réservé à Idriss Sihamedi.

"Nous avons eu raison"

Réponse, dimanche, d'Ali Baddou, le présentateur de l'émission : "Oui, nous avons eu raison d'inviter Idriss Sihamedi, simplement parce que notre travail ne se pratique pas en se voilant les yeux." Pas de mea culpa, donc, bien au contraire : "Nous continuerons à recevoir des hommes et des femmes dont les convictions peuvent heurter après avoir rappelé le contexte, mis en perspective". Le journaliste a enfoncé le clou, affirmant que l'équipe de la ministre avait été avertie en amont de la présence de l'invité gênant. Et qu'un collaborateur de Najat Vallaud-Belkacem avait même été mandaté pour faire quelques recherches sur le profil d'Idriss Sihamedi.

La ministre de l'Education aura tout de même trouvé un peu de réconfort ce dimanche… grâce à Jean-François Copé, l'invité du jour. "Il ne faut pas se tromper de sujet", a averti le député en plein come-back . "Le sujet, ce n'est pas la ministre, c'est ce monsieur. Il est indispensable que, sur les plateaux de télévision, soient invités les gens qui parlent de l'islam autrement."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter