La hausse des dépenses de l’Elysée en prévision de 2020 visée par un rapport du Sénat

La hausse des dépenses de l’Elysée en prévision de 2020 visée par un rapport du Sénat
Politique

QUESTIONS BUDGÉTAIRES - Le sénateur PS Jean-Pierre Sueur a alerté sur la hausse des dépenses de l'Elysée dans un rapport sur les pouvoirs publics. Le budget pour 2020 augmentera de 2,2%, mais ne suffirait pas à couvrir l'ensemble des dépenses.

Les sénateurs examinent le projet de loi de finances pour l'année 2020. Et le budget augmentera une nouvelle fois, ce qui inquiète le sénateur PS du Loiret, Jean-Pierre Sueur, qui pointe du doigt cette hausse dans un rapport sur la mission "pouvoirs publics" dont il est chargé. Ce dernier a dénoncé la hausse de la dotation de l'Etat à l'Elysée. En effet, le montant s'élève à 105,3 millions d'euros, contre 103 millions d'euros en 2019. "Selon ces prévisions, le déficit public serait de 2,2% en 2020", peut-on lire sur le site du Sénat. “Ce n’est pas tenable à terme”, a confié Jean-Pierre Sueur à Public Sénat

En effet, cette rallonge budgétaire devrait être insuffisante à couvrir l'ensemble des dépenses prévues pour 2020. Ainsi, cela contraindrait la présidence de la République à prélever 4 millions d'euros dans ses propres réserves : l'année dernière, 5,6 millions d'euros sur les 17,1 millions d'euros disponibles avaient été dépensés.

En vidéo

Budget : les caisses de l'État sont-elles vides ?

"Dès qu'Emmanuel Macron arrive, ça augmente"

"Sous François Hollande, la dotation de l’Etat était passée à 100 millions d’euros en 2015, 2016 et 2017, a souligné Jean-Pierre Sueur. Et dès qu’Emmanuel Macron arrive, ça augmente. Et là, à nouveau." Le sénateur regrette notamment de ne pas avoir été reçu par l'Elysée, et plus précisément Patrick Strzoda, le directeur de cabinet d’Emmanuel Macron, pour échanger au sujet du budget. Un geste "peu républicain". "Pour la première fois, la présidence de la République a refusé de donner suite à des demandes réitérées d’audition de votre rapporteur auprès des services de la présidence de la République qui n’ont finalement consenti qu’à des réponses écrites laconiques, a-t-il expliqué." 

Lire aussi

Contacté par le journal Le Parisien, le palais de l'Elysée a expliqué cette hausse en invoquant un changement dans l'attribution des dépenses. "Jusqu'ici, une ligne de 1,7 million d'euros attribuée à la sécurité présidentielle était prise en charge par le ministère de l'Intérieur. Nous l'avons juste déplacée pour plus de cohérence." Le ministre chargé des Relations avec le Parlement, Marc Fesneau, a également évoqué des investissements "en termes de télécommunication, de sécurité et de numérique".

A noter que l'Assemblée nationale et le Sénat devront aussi puiser dans leurs réserves pour 2020, à hauteur respectivement de 48,5 millions d'euros et de 30,6 millions d'euros.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter