Polémique FN-France 2 : "Marine Le Pen préfère se faire interviewer plutôt que débattre"

Polémique FN-France 2 : "Marine Le Pen préfère se faire interviewer plutôt que débattre"

Politique
DirectLCI
POINT DE VUE - Le psychodrame autour de l'émission Des paroles et des actes, sur France 2, s'est achevé jeudi soir lorsque l'invitée vedette, Marine Le Pen, a annoncé qu'elle ne participerait pas à l'émission. La présidente du FN incrimine "l'UMPS". Pour le politologue Thomas Guénolé, enseignant à Science Po Paris, elle souhaitait esquiver un débat dangereux pour elle.

Au lendemain du psychodrame qui s'est joué autour de l'invitation de Marine Le Pen à l'émission Des paroles et des actes, sur France 2, metronews souhaitait tirer les premiers enseignements de cet épisode qui s'est terminé avec la défection de la présidente du Front national. Pour le politologue Thomas Guénolé, il s'agissait pour cette dernière d'éviter d'affronter des invités trop dangereux.

EN SAVOIR +
>> Marine Le Pen snobe France 2 : retour sur le psychodrame DPDA

Comment expliquez-vous cet incroyable imbroglio autour de l'invitation de Marine Le Pen chez DPDA, qui s'est soldée par l'annulation de l'émission ?
Les concurrents du FN se sont réveillés trop tard pour se plaindre auprès du CSA de la distorsion de concurrence engendrée par la participation de Marine Le Pen à l'émission. Le CSA, de son côté, a fait son travail. Une fois saisi, il a averti rapidement France 2 en accordant à la chaîne une certaine souplesse. Quant au FN, il y aurait une lecture erronée à lui prêter un génie machiavélique qu'il n'a pas. Marine Le Pen et son entourage sont des complotistes. Ils sont réellement persuadés d'être victimes d'un complot médiatico-politico-judiciaire.

Marine Le Pen a-t-elle fui le débat en cherchant à sélectionner ses contradicteurs, comme l'affirme Xavier Bertrand ?
Elle préfère se faire interviewer plutôt que débattre. Face à des concurrents consistants, le train Marine Le Pen peut dérailler en direct. Elle récite ses fiches par cœur, elle est en pilote automatique. Quand elle est en roue libre, c'est une récidiviste de la bourde. Par exemple, lorsqu'elle avait fait l'apologie de la torture chez Jean-Jacques Bourdin en décembre 2014. En septembre, elle a également comparé le sort des réfugiés aux invasions barbares . Le danger permanent, en débat, c'est d'être emmené sur un terrain où elle peut dire des énormités. Elle préfère donc choisir des contradicteurs dont elle pense qu'elle pourra attaquer les points faibles.

Pourquoi le FN est-il si souvent représenté par Marine Le Pen ou son numéro 2, Florian Philippot, à la télévision ?
Les autres cadres du FN ne sont pas très bons en débat ou manquent de consistance. David Rachline (sénateur-maire de Fréjus, ndlr) et les autres élus locaux du parti connaissent mieux les affaires qui concernent leur ville. Quant à Marion Maréchal-Le Pen, elle apparaît comme la plus dangereuse pour le FN. Pour elle, le parti doit faire régulièrement du "damage control", comme lorsqu'elle s'était revendiquée "française de souche" (expression récusée par Marine Le Pen, ndlr), avant d'avoir à préciser que les Martiniquais étaient aussi des Français de souche.

Qui a tiré profit de cette polémique DPDA ?
Chacun verra midi à sa porte. Ceux qui sont hostiles au FN diront que Marine Le Pen a commis une faute. Ses soutiens diront qu'elle a fait un coup stratégique. Mais sur cette affaire, il y a une distorsion entre le microcosme politico-médiatique et le plus grand nombre qui n'en a rien à faire.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter