Polémique sur le nombre de SDF en Ile-de-France : Julien Denormandie estime avoir été mal compris

DirectLCI
SANS ABRI - Le 31 janvier, le secrétaire d'Etat à la Cohésion des Territoires Julien Denormandie affirmait que la région Ile-de-France comptait seulement 50 personnes isolées. Ce dimanche dans le Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro, il a assuré qu'il parlait du nombre de personnes à qui le Samu social ne pouvait pas offrir de place d'hébergement le soir.

Ses propos avaient indigné. "C’est à peu près une cinquantaine d’hommes isolés en Ile-de-France (qui dorment dehors), pour être très précis", affirmait Julien Denormandie, secrétaire d'Etat à la Cohésion des Territoires, le 31 janvier dernier. Ce dimanche, invité du Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro, il a assuré que ses propos avaient été mal compris. "Quand on m’interroge sur une radio sur ce sujet, je parle de quelque chose de très précis – je m’en veux si mes propos n’ont pas été assez explicites -. Je parle du nombre de personnes qui appellent le Samu social de Paris en fin de journée et à qui on dit 'malgré votre demande nous ne sommes pas en capacité de vous offrir un hébergement'." 

"Le chiffre que je donne à l’époque correspond précisément à ça. Ce sont des chiffres qui nous remontent des préfectures et des associations. Ce chiffre, évidemment, ne correspond pas au nombre de personnes qui dorment dans la rue" a-t-il ajouté. Selon les associations, 2.000 à 3.000 personnes vivent dans la rue à Paris. "Je n’ai aucune raison de les contredire" a répondu Julien Denormandie.


Ce dimanche dans le JDD, Louis Gallois, président de la Fédération des acteurs de la solidarité, jugeait les propos du secrétaire d'Etat "insupportables". "Aucun Parisien ne peut donner foi à de telles déclarations. Il suffit de suivre une maraude ou de

regarder les campements porte de la Chapelle?! (...)" avait-il ajouté.

Julien Denormandie salue l'action du gouvernement en matière de places d'hébergement

Julien Denormandie a préféré rappeler que jamais aucun gouvernement n'avait ouvert autant de places d'hébergement. "C’est plus 13.000 places depuis le 1er novembre. Si vous prenez le dispositif d’hébergement d’urgence plus le dispositif d’accueil des demandeurs d’asile, c’est plus de 220.000 places qui sont ouvertes." 


A propos de la circulaire du 12 décembre relative au dispositif de contrôle que le gouvernement veut mettre en place au sein de l’hébergement d’urgence, Julien Denormandie a annoncé que plus de 4500 personnes avaient été entendues. Il a assuré qu'il ne s'agissait "en rien de contrôles" destinés à renvoyer chez eux les personnes en situation irrégulière. Selon le secrétaire d'Etat, le but de ces entretiens est d'exposer aux personnes concernées les solutions qui s'offrent à eux pour l'avenir.

Plus d'articles

Sur le même sujet