Polémique sur le Nutella : l'Italie en fait une tartine, Royal s'excuse

Polémique sur le Nutella : l'Italie en fait une tartine, Royal s'excuse
Politique

RÉTROPÉDALAGE - En appelant à boycotter le Nutella pour sauver la planète, Ségolène Royal s'est attirée les foudres des médias et de responsables politiques italiens. La ministre de l'Ecologie a fait machine arrière sur Twitter mardi.

En Italie, on ne touche pas au Nutella. Ségolène Royal l'a appris à ses dépens après s'en être pris, lundi soir sur le plateau du Petit Journal, à la célèbre pâte à tartiner de Ferrero. "Il faut replanter massivement des arbres, parce qu'il y a eu une déforestation massive qui entraîne aussi du réchauffement climatique. Il faut arrêter de manger du Nutella, par exemple, parce que c'est de l'huile de palme", avait lancé la ministre de l'Ecologie sur Canal+.

Royal le prend avec le sourire

S'en est suivie une mini-crise diplomatique : plusieurs responsables et médias de la Botte se sont insurgés mardi contre ce coup porté à un produit "d'excellence italienne". Jusqu'à l'homologue de Ségolène Royal lui-même. Qu'elle "laisse les produits italiens tranquilles. Ce soir au menu : pain et Nutella", a réagi Gian Luca Galetti, jugeant la sortie de la Française "déconcertante". Ferrero, de son côté, s'est dit "tout à fait conscient des enjeux environnementaux" et a assuré avoir "pris de nombreux engagements notamment concernant son approvisionnement en huile de palme". Et les défenseurs de l'huile de palme "durable" sont eux-aussi montés au créneau.

LIRE AUSSI >> Disparition de l'inventeur du Nutella : 5 chiffres sur sa mythique pâte à tartiner

Ségolène Royal a finalement fait amende honorable. Sans en faire des tartines : "Mille excuses pour la polémique sur le #Nutella. D'accord pour mettre en valeur les progrès", a tweeté la ministre de l'Ecologie dans l'après-midi.

Elle a ensuite poursuivi sur Public Sénat en expliquant que "c’était des propos tenus dans une émission qui se veut un peu humoristique", et qu'elle comprenait "que cela ait pu soulever un certain nombre de troubles". Tout sourire devant les caméras de la chaîne , celle à qui le quotidien italien des affaires Il Sole 24 Ore a décerné le titre de "candidate à la bévue de l'année" semble s'en amuser.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent