Sapin de Noël et Tour de France : Sarkozy dénonce "la régression" des élus écologistes

Sapin de Noël et Tour de France : Sarkozy dénonce "la régression" des élus écologistes
Politique

EELV - Invité ce mercredi au salon immobilier "Paris Real Estate Week"sur l'île Séguin, à Boulogne-Billancourt, l'ancien président Nicolas Sarkozy s'est en pris aux maires écologistes de Bordeaux et de Lyon, revenant sur les polémiques relatives à l'arbre de Noël bordelais et au Tour de France.

Nicolas Sarkozy est brièvement revenu dans l'arène politique, mercredi, le temps de régler ses comptes avec les nouveaux maires écologistes de Lyon et de Bordeaux. Quelques jours après les polémiques suscitées par ces élus - la suppression du sapin de Noël bordelais pour Pierre Hurmic et les critiques à l'encontre du Tour de France "machiste et polluant" pour Grégory Doucet -, l'ancien président a fustigé une "régression". 

"C'est là qu'on voit que ça ne va pas bien, ce n'est pas un signe de progrès", a expliqué l'ancien chef de l'Etat, invité du salon immobilier "Paris Real Estate Week" organisé sur l'île Séguin, à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). "J'aime le cyclisme et le Tour de France. C'est un sport admirable. Jamais je n'aurais imaginé qu'on attaquerait ces gens-là, qu'on les mépriserait, en les traitant de pollueurs et de machistes... C'est ça, la régression."

Lire aussi

"Un vide terrible"

"Moi, quand j’étais enfant, j’allais avec ma mère choisir le sapin", a poursuivi Nicolas Sarkozy. "J’attendais ce jour pratiquement toute l’année. Je n’avais pas le sentiment d’être un criminel qui faisait du mal à l’humanité."

Pour l'ancien président, ces prises de position "disent un vide terrible", "on tourne le dos à toute forme de pensée". "Comment voulez vous qu’on aille vers l’avenir si à ce point-là on renie nos racines ?" a-t-il également interrogé. "Il y avait les crèches qui les excitaient, maintenant il y a les sapins de Noël... On va aller jusqu'où ?"

Nicolas Sarkozy a rappelé qu'il avait initié en 2007 le Grenelle de l'environnement, un vaste chantier au bilan mitigé. "Mais cela ne peut pas être le refus du progrès", a assuré l'intéressé mercredi, vantant par ailleurs "l'amour des grands projets", comme "le grand Lyon", "le grand Marseille" ou encore le projet de liaison Lyon-Turin, qui suscite précisément l'hostilité des écologistes. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent