Emmanuel Macron veut "un contrôle indépendant" de l'action des forces de l'ordre

Emmanuel Macron veut "un contrôle indépendant" de l'action des forces de l'ordre

SECURITÉ - Emmanuel Macron doit annoncer mardi à Roubaix un "contrôle indépendant" de "l'action des forces de l'ordre". Et ce, en réponse aux critiques récurrentes qui visent l'IGPN ("la police des polices").

"Un contrôle indépendant" de l'action des forces de l'ordre. C'est ce qu'Emmanuel Macron va annoncer, mardi, à l'occasion de la clôture du Beauvau de la sécurité, qui s'est tenu à Roubaix. Objectif ? Répondre aux critiques récurrentes qui visent l'IGPN ("la police des polices"), a précisé ce lundi l'Elysée, ajoutant qu'il ne s'agissait en aucun cas d'un nouvel organisme.

Les modalités de ce "contrôle indépendant" n'ont pas été précisées. Selon Le Parisien, il pourrait être externe à l’administration, et n’a pas vocation à remplacer l’IGPN. Il y a quelques mois, en avril, le chef de l'Etat avait déjà dessiné les contours de ce contrôle,  évoquant dans un entretien au Figaro la création d'une "délégation parlementaire chargée du contrôle (des) forces de l'ordre", à l'image de la délégation pour le renseignement.

"Consolider le lien avec les Français"

Outre ce "contrôle indépendant", d'autres mesures devraient être dévoilées. Ce lundi, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a réuni la dernière table ronde de cette vaste concertation, dont l'objectif affiché par l'exécutif était d'"améliorer les conditions d'exercices des forces de l'ordre" et "consolider le lien avec les Français", distendu au fil des manifestations souvent violentes ces dernières années.

Au total, 8 "chantiers" ont été ouverts, de la réponse pénale à l'encadrement, en passant par la formation, le contrôle, le maintien de l'ordre, le lien police/population, la captation de vidéos et les moyens, dernier thème discuté lundi. Les syndicats attendent désormais "un vrai plan" pour la police avec une "enveloppe importante", a prévenu Fabien Vanhemelryck au nom du syndicat Alliance).

Lire aussi

L'exécutif a promis de reprendre les conclusions du Beauvau pour l'élaboration d'une loi de programmation et d'orientation de la sécurité intérieure (LOPSI). Mais, comme l'a dit Gérald Darmanin, ce texte ne pourra être voté qu'après la présidentielle et les législatives et reste donc suspendu à une réélection d'Emmanuel Macron. Il devrait donc d'abord constituer la trame du volet sécurité du programme présidentiel du chef de l'Etat en campagne pour sa réélection.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Sous-marins australiens : Paris et Washington se renvoient la balle

EN DIRECT - Guadeloupe : les autorités sanitaires déposent une dizaine de plaintes après des menaces de mort

Pourquoi la disparition d'al-Sahraoui est un "gros coup" porté au groupe État islamique au Grand Sahara

Patrimoine, assurance-chômage... Les annonces d'Emmanuel Macron pour les travailleurs indépendants

Covid-19 : bientôt un allègement des restrictions en France ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.