Films anti-caillassage, tenues ignifugées... ce que prévoit Manuel Valls pour protéger la police

Films anti-caillassage, tenues ignifugées... ce que prévoit Manuel Valls pour protéger la police

PROTECTION - Après l'attaque d'une voiture de police samedi 8 octobre dans l'Essonne, le Premier ministre a présenté une volée de mesures destinées à protéger les policiers, lorsqu'ils exercent leurs fonctions dans des zones sensibles.

Les voitures de police en zones sensibles vont être équipées de dispositifs anti-caillassage, voire de blindages, après l'agression aux cocktails Molotov de policiers samedi 8 octobre dans l'Essonne, tandis que des uniformes vont être rendus résistants au feu, a annoncé ce mardi Manuel Valls. "Concrètement, cela prendra la forme de films anti-caillassage sur les véhicules, voire de blindages dans certains cas. Un travail sur les tenues va être mené rapidement pour veiller à ce qu'elles soient intégralement ignifugées", a déclaré le Premier ministre lors des questions au gouvernement.   

Une réflexion sera également conduite sur le possible usage de caméras mobiles "en temps réel" pour "visualiser à distance les circonstances d'une intervention et les moyens à déployer en renfort le cas échéant", a poursuivi Manuel Valls.

Ce dernier a souligné que le projet de loi de finances pour 2017 prévoyait une hausse de 15% des crédits consacrés notamment à la construction et à la rénovation de commissariats, dont celui du quartier de la Grande-Borne, à Viry-Châtillon, où s'est produit l'attaque des policiers. 

Manuel Valls annonce de nouvelles mesures pour la protection des policiers en zones sensibles

En vidéo

Viry-Châtillon - Manuel Valls annonce de nouvelles mesures pour la protection des policiers en zones sensibles

Les syndicats de police ont appelé à une "grève de zèle"

Cette série d'annonces intervient après qu'Alliance, premier syndicat de police, a appelé les policiers à une "grève du zèle". Le secrétaire général adjoint du syndicat Frédéric Lagache a appelé "tous les policiers [à agir] en soutien à nos collègues". Il s’agit, selon lui, "de ne traiter que les urgences et les cas graves" dans les commissariats et de "faire l’impasse sur un stationnement gênant par exemple" laissant à chaque agent "l’opportunité"  de ses "moyens d’action". 

Si l'affaire est traitée avec autant de sérieux par les syndicats et la classe politique, c'est bien que l'agressivité avec laquelle ont agit les auteurs était affirmée. En témoigne le récit poignant de Sébastien, brigadier de police à Juvisy, qui a raconté la scène au micro de RTL lundi. Encore choqué, il raconte comment les agresseurs ont tenté de les tuer. "Il y a ma collègue particulièrement, qui prend des coups de poings, des projectiles et on essayait de nous bloquer la sortie. Ils ne voulaient absolument pas qu'on sorte de ce véhicule en feu".  Et de conclure : "Là j'ai vraiment vu qu'on voulait vraiment nous tuer."

VIDÉO - Manuel Valls : "La réponse doit être celle de l’Etat et de la République"

En vidéo

JT 13H - Manuel Valls à Viry-Châtillon : "La réponse doit être celle de l’État et de la République"

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    Impôt sur les successions, retraite à points, tarification du carbone... Les propositions phares du rapport remis à Macron pour l'après-Covid

    Portugal-France : les Bleus qualifiés, ils affronteront la Suisse en 8e de finale

    Covid-19 : que sait-on du nouveau variant Delta Plus découvert en Inde ?

    Explosion du variant Delta malgré une vaccination massive : que nous disent les chiffres au Royaume-Uni ?

    Logement : l'enfant fiscalement détaché ne compte plus pour le calcul d’un loyer HLM

    Lire et commenter
    LE SAVIEZ-VOUS ?

    Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

    Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.