Collomb a remis sa démission à Macron, qui l'a refusée

Politique
FAUX DEPART - Alors que la tension couvait entre Emmanuel Macron et Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur a proposé au président de quitter le gouvernement, lundi 1er octobre. Une suggestion qu'a balayée Emmanuel Macron.

Nouvel épisode dans la dernière séquence des ennuis politiques d'Emmanuel Macron. Le président, guère épargné depuis la fin du mois de juillet, que ce soit l'affaire Benalla ou ses propres sorties médiatiques, doit composer avec un ministre de plus en plus remuant : Gérard Collomb. Le ministre de l'Intérieur vient une fois de le prouver, en annonçant auprès du Figaro qu'il avait remis sa démission au président dans la journée, démission refusée par ce dernier, comme se l'est fait confirmer LCI auprès de l'Elysée.


Une communication qui doit se lire au regard des récentes déclarations du patron de Beauvau, qui a fait part, le 18 septembre dernier, de sa prochaine candidature aux municipales de Lyon et, donc, de sa volonté de quitter le ministère de l'Intérieur après les élections européennes, au printemps prochain. Une déclaration qui devait désamorcer une polémique, qui eest finalement venue, quand l'opposition dans son ensemble s'en est saisi pour fustiger un ministre qui ne serait déjà plus à sa tâche. Auprès de LCI, l'Elysée, lui, a fait valoir qu'en maintenant Collomb à son poste, le président lui a ainsi "renouvelé sa confiance et lui a demandé de rester pleinement mobilisé sur sa mission pour la sécurité des Français".

Une façon également de solidifier des relations compliquées depuis la fin juillet, encore une fois, avec l'affaire Benalla. Gérard Collomb avait systématiquement renvoyé la responsabilité de l'affaire à l'état-major de l'Elysée lors de son audition, avant, à la rentrée, de fustiger le "manque d'humilité" de l'exécutif dans sa façon de mener les réformes. Quelques jours plus tard, dans un article truffé d'informations, La Dépêche du Midi relatait les confidences explosives du ministre de l'Intérieur : "Il va finir par ne plus me supporter. Mais si tout le monde se prosterne devant lui, il finira par s'isoler, car par nature l'Elysée isole".


Alors que la police de sécurité quotidienne se met en place, que la loi Asile et immigration, bien que votée, lui vaut toujours des critiques, l'exécutif cherche en tout cas ainsi à se montrer des plus solidaires avec son ministre de l'Intérieur.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Gérard Collomb, le ministre qui a forcé sa démission

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter