La GRS, un nouveau parti proche de la France insoumise fondé par des anciens du PS

Politique

RECOMPOSITION - Le Mouvement républicain et citoyen (MRC) et des transfuges du PS, dont l'eurodéputé Emmanuel Maurel, ont fondé ce week-end à Valence un nouveau parti baptisé Gauche républicaine et socialiste (GRS). Proche de la France insoumise, la nouvelle formation se veut en phase avec les revendications des gilets jaunes.

Réunis à Valence ce weekend, des transfuges du Parti socialiste - dont l'eurodéputé Emmanuel Maurel - ainsi qu'une autre formation de gauche, le Mouvement républicain et citoyen (MRC), ont fondé un nouveau parti baptisé Gauche républicaine et socialiste (GRS). Un nom choisi parmi quatre par 45,5% des 2.538 votants de ce nouveau parti, qui se veut proche de la France insoumise.

Lire aussi

Dans son discours de clôture, Emmanuel Maurel a plaidé pour un rassemblement de la gauche qui n'aurait "aucune ambiguïté envers le macronisme". Le député européen a fustigé "une verticalité grotesque", le "retour des barbouzeries", "une scandaleuse politique diplomatique" et un "hold-up sur les plus pauvres, les retraités".

Emmanuel Maurel ne souhaite "aucune ambiguïté" non plus "envers ceux qui contestent le macronisme. Et d'affirmer : "on 

ne finasse pas, on n'hésite pas, on soutient pleinement" les  Gilets jaunes, dont les revendications -"égalité fiscale, justice sociale, approfondissement démocratique, renforcement des services publics"- "sont les nôtres".

En vidéo

VIDÉO - Listes aux Européennes : le bal des inconnus

Dans son discours, l'élu européen s'est voulu très critique envers ceux qui "expliquent des trémolos dans la voix qu'il faut rassembler la gauche mais qui commencent déjà par excommunier le premier parti de gauche", c'est-à-dire la France insoumise. Pour Emmanuel Maurel, qui s'était affiché avec Jean-Luc Mélenchon après son départ du PS, fin 2018, "poser comme préalable à l'union de la gauche que c'est la gauche non mélenchoniste, ça sera sans nous". Une allusion à la volonté du PS et du mouvement Place publique pour rassembler les formations non-mélenchoniste en vue des élections européennes du 26 mai. 

"Vous cherchez une liste de rassemblement. Une liste où il y a des socialistes, des gens du MRC, un député écologique sortant (Sergio Coronado, ndlr), menée par une fille qui n'est même pas trentenaire, engagée dans des combats incroyables contre l'évasion fiscale (Manon Aubry, ndlr), eh bien cette liste de rassemblement elle existe, c'est celle de Maintenant le peuple", a affirmé Emmanuel Maurel, qui figure en bonne place sur cette liste, alliée à d'autres formations de gauche européenne.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter