Pollution : la circulation alternée sera durcie en Ile-de-France mercredi, qui sera concerné par l'interdiction ?

Politique

Toute L'info sur

Canicule : la France face à une vague de chaleur exceptionnelle

RESTRICTIONS - La ministre de la Transition écologique François de Rugy a annoncé mardi 25 juin un durcissement de la circulation alternée en région parisienne, alors que le dispositif doit être mis en place mercredi. Celle-ci sera déclenchée automatiquement en cas de dépassement du seuil, et l'interdiction de circuler s'étendra aux vignettes Crit'Air 3.

Face à un épisode de pollution attendu à l'ozone, le gouvernement durcit les conditions de circulation en région parisienne. Le ministre de la Transition écologique François de Rugy a annoncé mardi 25 juin, alors que la canicule s'installe sur la France, que le déclenchement de la circulation alternée serait désormais automatique en région parisienne en cas de dépassement du seuil maximal toléré pour les différents types de pollution (ozone, particules fines, etc). 

En outre, il a annoncé que l'interdiction de circuler, jusqu'ici appliquée pour les véhicules disposant de vignettes Crit'Air 4 et 5, serait désormais étendue, en cas de dépassement de seuils, aux véhicules disposant de vignettes Crit'Air 3 au sein de l'agglomération parisienne, c'est-à-dire à l'intérieur du périmètre de l'A86. Ce nouveau schéma sera appliqué dès mercredi, ont annoncé plus tard les autorités. 

"Avec la préfecture de police, nous avions tiré les leçons des mécanismes qui n'étaient pas assez efficaces" lors des précédents épisodes de pollution, notamment en février, a justifié le ministre. "Dorénavant, nous aurons un déclenchement de la circulation différenciée qui sera beaucoup plus rapide. Il sera automatique en cas de dépassement du seuil maximal. Il sera également déclenché en cas de dépassement, durant deux jours, du seuil d'alerte [qui est moins élevé, NDLR]." Idem pour la vignette Crit'Air, les autorités ayant estimé que les précédents dispositifs n'étaient "pas très efficaces". 

Lire aussi

35% de véhicules en moins

L'extension de l'interdiction aux vignettes Crit'Air 3 "concernera 35% des véhicules qui ne pourront plus circuler", a précisé François de Rugy. "Cela représente 2/3 de la pollution." 

Concrètement, la vignette Crit'Air 3 concerne les véhicules essence immatriculés entre le 1er janvier 1997 et le 31 décembre 2005, et les véhicules diesel immatriculés entre le 1er janvier 2006 et le 31 décembre 2010. Ainsi, seuls les véhicules essence immatriculés après le 1er janvier 2006 et les véhicules diesel immatriculés après le 1er janvier 2011 seront autorisés à circuler dans ce cadre. 

Le préfet de police Didier Lallement avait annoncé dès le matin que, compte tenu des conditions atmosphériques, la circulation alternée serait déclenchée sous peu, à son initiative. Dans la matinée du 25 juin, sur Twitter, l'adjoint écologiste aux Transports Christophe Najdovski avait appelé le ministre à déclencher immédiatement le dispositif. La maire de Paris, Anne Hidalgo, s'est réjouie mardi après-midi de la décision du préfet. 

A terme, la législation prévoit une interdiction pérenne de circuler à l'intérieur de l'agglomération parisienne pour les véhicules Crit'Air 4 et 5. Ces "zones à faible émissions" seront mises en place à partir du 1er juillet 2019. Aujourd'hui, 11 millions de véhicules sont équipés de vignettes Crit'Air. 

Le fait de circuler malgré une interdiction est passible d'une contravention de 3e classe pour les véhicules légers (68 euros), et de 4e classe pour un poids-lourd (135 euros). 

Sur le même sujet

Lire et commenter