Pollution : des députés proposent d'interdire les publicités pour les voitures à moteur thermique

Politique
ENVIRONNEMENT - Deux députés, Matthieu Orphelin (ex-LaREM) et Delphine Batho (ex-PS), ont déposé un amendement au projet de loi Mobilités pour faire interdire la publicité pour les véhicules polluants, sur le modèle de la loi Evin sur le tabac et l'alcool.

Faut-il traiter les voitures comme le tabac et l'alcool ? C'est ce que pensent deux députés de sensibilité écologiste, qui ont déposé un amendement à la loi sur les mobilités visant à faire interdire la publicité pour les véhicules les plus polluants, sur le modèle de la loi Evin, qui régit l'interdiction de la pub pour le tabac et encadre celle pour l'alcool.


Matthieu Orphelin, député ex-LaRemproche de Nicolas Hulot, et Delphine Batho, ex-socialiste, candidate sur la liste d'Urgence Ecologie aux dernières européennes, ont en effet déposé un amendement la semaine dernière ayant pour objectif l'interdiction, "à compter du 1er janvier 2020", de "toute publicité portant sur des véhicules particuliers dont les émissions de dioxyde de carbone sont supérieures à 60 grammes par kilomètre". 

Les SUV en ligne de mire

Le texte des deux députés écologistes fait de cette interdiction un moyen "d'accélérer la conversion du parc automobile vers des véhicules à très faible émission". De fait, le critère mentionné limiterait la publicité automobile aux véhicules électriques ou hybrides rechargeables. 

L'amendement, qui a de faibles chances d'être retenu, cible tout particulièrement les véhicules SUV, particulièrement polluants, qui connaissent un essor ces dernières années - un tiers des ventes en 2017 -, succès qui serait à l'origine de la nouvelle hausse constatée des émissions de gaz à effet de serre. "Encourager la vente de véhicules fortement émetteurs de CO2, qui continueront à rouler pendant plusieurs décennies, est contraire à l'objectif de transition vers une mobilité bas carbone, pourtant indispensable pour faire face à la crise climatique", argumentent les deux députés. 


La semaine dernière, Delphine Batho avait déposé un autre amendement à la loi sur les mobilités, visant à interdire la vente des véhicules thermiques dès 2030, contre la date de 2040 actuellement envisagée. Son texte a été rejeté. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter