Emplois présumés fictifs du FN : Marine Le Pen entendue par les juges, sa mise en examen aggravée

Politique
DirectLCI
AUDITION - La présidente du Rassemblement national se trouve actuellement au tribunal dans le cadre de l'enquête sur les emplois présumés fictifs du FN au Parlement européen dans laquelle elle est déjà mise en examen. Au cours d'un déplacement début septembre, elle avait annoncé elle-même être à nouveau convoquée par les juges. Sa mise en examen a été aggravée pour détournement de fonds publics.

Elle avait annoncé sa convocation chez les juges lors de sa rentrée début septembre. Ce vendredi, Marine Le Pena été entendue par les juges dans le cadre de l'affaire des emplois fictifs des assistants parlementaires européens, qui lui a valu une mise en examen en juin 2017 pour "abus de confiance" et "complicité d'abus de confiance".   Sa mise en examen a été aggravée et requalifiée pour "détournements de fonds publics".   Le délit de "détournements de fonds publics" est passible de dix ans 

d'emprisonnement et d'un million d'euros d'amende, contre trois ans de prison et de 375.000 euros d'amende pour l'abus de confiance.


 La présidente du Rassemblement national, qui conteste formellement ces chefs d'accusation, était arrivée dans la matinée au tribunal. Lors de sa mise en examen, elle n'avait pas répondu aux questions des magistrats, se contentant d'une déclaration. Même stratégie ce vendredi : Marine Le Pen n'a pas répondu aux questions des juges sur le fond, arguant qu'elle attendait une décision de la Cour de cassation sur un recours devant être examiné le 27 novembre. 

"Il y a un zèle particulier à mener les poursuites tambour battant"

"Je constate qu'il y a quand même dans ce dossier un zèle particulier à mener des poursuites tambour battant", a expliqué sur LCi l'avocat de Marine Le Pen Rodolphe Bosselut.  " C'est un marronnier, c'est de la persécution", a déclaré un proche de Marine Le Pen à LCI, évoquant une convocation "tous les jours (...) pour faire croire qu'il y a une affaire."


Dans cette affaire, qui fait partie d'une des plus vastes au sein de l'ex Front national, l'information totalise à ce jour 15 mises en examen connues.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter