Cote de confiance en hausse de 6 points : "L'image de Jean Castex rejaillit positivement sur celle d'Emmanuel Macron"

Cote de confiance en hausse de 6 points : "L'image de Jean Castex rejaillit positivement sur celle d'Emmanuel Macron"
Politique

SONDAGE - Selon notre baromètre Harris Interactive Epoka, la cote de confiance d'Emmanuel Macron est en hausse de 6 points en juillet alors que le pays connait une forte récession et craint un rebond de l'épidémie de Covid-19. Comment expliquer ce rebond ? Les explications de Jean-Daniel Lévy, directeur du pôle Politique et opinion d'Harris Interactive.

La France affiche une récession historique à cause des conséquences de la crise du Covid-19. Le pays est loin d'être sorti de la crise sanitaire. Et pourtant, la confiance des Français dans l'exécutif est en hausse. Et même en hausse notable. Selon le dernier baromètre Harris interactive Epoka pour LCI*, la cote de confiance d'Emmanuel Macron a bondi de 6 points en juillet et s'établit à 50%. Celle de Jean Castex est de 56%, 5 points plus élevée que celle d'Edouard Philippe.  Comment expliquer cette confiance en hausse ? Les réponses de Jean-Daniel Lévy, directeur du pôle "Politique et opinion" d’Harris interactive. 

Comment expliquer ce bond de la côte de confiance d’Emmanuel Macron alors que la récession frappe la France ? 

Jean-Daniel Levy – directeur du pôle politique et opinion d’Harris interactive. "Il y a la récession, il y a les élections municipales qui ont été perdues par LaREM, il y a la crise sociale qui pointe et il y a toutes les interrogations concernant le coronavirus… et pour autant l’arrivée de Jean Castex modifie assez fortement la donne.  L’image de Jean Castex rejaillit positivement sur l’image du président de la République." 

Toute l'info sur

Covid-19 : la France face au rebond de l'épidémie

Les dernières infos sur l'épidémie de Covid-19

Est-ce une parenthèse ou est-ce que ça peut se recorser pour Emmanuel Macron dans les prochains mois ?  

"Ca peut toujours se recorser. Ce qui est intéressant c’est qu’on est face à des Français plutôt bienveillants à l’égard du nouveau Premier ministre. (...) Mais si, en octobre, les Français ont le sentiment que l’exécutif n’a pas pris la juste mesure des engagement à prendre, là, l’affaire sera difficile. Pour autant,  il n’y a pas toujours de rapport de cause à effets. Souvenez-vous en 2009 alors qu’il y avait en France une crise économique et sociale majeure avec 30.000 à 50.000 chômeurs de plus par mois,  la confiance à l’époque en Nicolas Sarkozy était restée relativement élevée parce qu’il y avait l’impression que le président de la République se "bougeait". Ca s’était traduit lors des élection européennes de 2009 par une arrivée de l’UMP en tête du scrutin avec près de 30% des voix."  

Enquête réalisée en ligne du 21 au 23 juillet 2020. Échantillon de 960 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région d’habitation de l’interviewé(e).

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent