Port d'arme, rôle et missions à l'Elysée... Que faut-il retenir de l’audition d’Alexandre Benalla au Sénat

Politique
SUR LE GRILL – L’ex-chargé de mission de l’Élysée, Alexandre Benalla, a finalement été auditionné ce mercredi par la commission d’enquête du Sénat. Il a accepté de répondre à toutes les questions qui lui ont été posées. Missions, port d'arme, formation... On revient sur ses principales déclarations.

L'ancien chargé de mission de l'Elysée, Alexandre Benalla, accusé d'avoir molesté le 1er mai des manifestants à Paris, a été auditionné ce mercredi par la commission d’enquête du Sénat. Malgré ses propos peu élégants à l’égard des membres de la Chambre haute, il a finalement accepté de collaborer et de répondre aux questions qui lui ont été posées. Que faut-il retenir de cette audition ?

Benalla a présenté ses excuses à Philippe Bas

Avant d’entrer dans le vif du sujet, Alexandre Benalla a tenu dans son propos introductif à présenter ses excuses au sénateur Philippe Bas, président de la commission d’enquête du Sénat. La semaine dernière, l’ex-chargé de mission de l’Élysée l’avait qualifié de "petit marquis", jugeant dans un premier temps absurde d’être auditionné par des sénateurs. "J'ai un profond regret pour le propos que j'ai pu avoir à votre encontre. Je voulais vous assurer de mon respect total, et vous présente mes excuses", a-t-il déclaré.

En vidéo

"Petit marquis" : Alexandre Benalla présente ses excuses à Philippe Bas"

Benalla assure n’avoir jamais été le garde du corps de Macron

Au cœur des interrogations des sénateurs, la nature précise des missions d’Alexandre Benalla à l’Élysée. Assurait-il d’une manière ou d’une autre la sécurité d’Emmanuel Macron ? A cette question, l’ex-chargé de mission a répondu par la négative, jurant n'avoir "jamais été le garde du corps d'Emmanuel Macron" que ce soit pendant la campagne présidentielle ou après l'arrivée d’Emmanuel Macron à l'Elysée. Il a également ajouté n’avoir "jamais été son siège, ni son épaule".

En vidéo

Benalla : "Je n'ai jamais été le garde du corps d'Emmanuel Macron"

Ses missions à l’Élysée

S’il n’assurait aucune mission de sécurité auprès du président du la République, quelles étaient alors ses fonctions précises ? A cette question, Alexandre Benalla a tenté d’être le plus précis possible. Il en a énuméré cinq : l'organisation des déplacements nationaux du chef de l'Etat, l'organisation de ses déplacements privés, l'organisation des événements à l'Elysée, la gestion des présents diplomatiques et la coordination des services de sécurité.


Sur cette dernière mission, qui l’a conduit à côtoyer au quotidien les policiers et les militaires en charge de la sécurité du chef de l’État, il a précisé que elle "ne consistait pas à être le chef des services de sécurité mais à conduire un certain nombre de réunions, de réflexions ; ce n'était pas une fonction opérationnelle mais une fonction administrative". 

En vidéo

Benalla décrit ses fonctions à l'Élysée

Benalla mis en difficulté sur la question de son port d’arme

Si Alexandre Benalla a globalement répondu avec assurance et précision aux questions des sénateurs, il a néanmoins été mis en difficulté sur celle concernant son autorisation de port d’arme. Sur l’autorisation délivrée par la préfecture de police, il est indiqué qu’elle lui a notamment été accordée pour ses "fonctions de police". Cependant, Alexandre Benalla a assuré le contraire. "J'ai fait une demande à titre personnel d'autorisation de port d'arme pour des motifs de sécurité et de défense personnelles", a-t-il dit. 


Bien qu’il a répété ne pas avoir de missions de sécurité du chef de l’État, cet amateur de tir sportif a néanmoins concédé avoir porté son Glock 43 "trois fois" lors de déplacements présidentiels. Mais "mon rôle n'était pas de la sortir, il y a des professionnels pour ça" en cas de menace ou d'attaque, a-t-il souligné.

En vidéo

Benalla admet avoir porté une arme lors de déplacements du président de la République

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Affaire Benalla : la première crise du quinquennat Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter