Pour conquérir la présidence LR, Laurent Wauquiez intègre trois ex-sarkozystes dans sa garde rapprochée

DirectLCI
RECYCLAGE - Favori de l'élection pour la présidence des Républicains, les 10 et 17 décembre prochain, Laurent Wauquiez a annoncé ce mercredi la nomination de Geoffroy Didier, Virginie Duby-Muller et Gilles Platret pour porter sa campagne. Des responsables qui ont en commun d'avoir roulé, comme lui, pour Nicolas Sarkozy.

L'heure du retour des anciens soutiens de Nicolas Sarkozy a-t-elle sonné ? Après la parenthèse de François Fillon, qui avait en partie écrémé l'organigramme des Républicains après sa victoire à la primaire de novembre 2016, les partisans de l'ancien président semblent revenir au premier plan dans la campagne pour la présidence LR, dont l'élection se tiendra les 10 et 17 décembre.


Laurent Wauquiez, lui-même ancien soutien de Nicolas Sarkozy, a annoncé mercredi trois nominations pour porter sa candidature : le conseiller régional Geoffroy Didier, qui sera son directeur de campagne, la députée Virginie Duby-Muller et le maire de Chalons-sur-Saône Gilles Platret, ses porte-parole. Des responsables qui ont en commun d'avoir oeuvré auparavant pour Nicolas Sarkozy.

Trois soutiens de Nicolas Sarkozy

S'il n'avait pas soutenu la candidature de Nicolas Sarkozy lors de la primaire de 2016 - il avait tenté en vain de présenter sa propre candidature -, Geoffroy Didier, aujourd'hui vice-président de la région Ile-de-France, dirigée par Valérie Pécresse, et député européen, a longtemps fait ses armes au sein de la Sarkozye. Il a notamment travaillé au cabinet de Brice Hortefeux lorsque ce dernier était ministre de l'Intérieur, fondé le club sarkozyste La Diagonale en 2006 et soutenu activement la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012. Il est également le cofondateur avec Guillaume Peltier de La Droite forte, un mouvement interne à l'ex-UMP qui se revendique du sarkozysme. 


Virginie Duby-Muller, députée LR de la 4e circonscription de la Haute-Savoie, a de son côté fait partie de l'équipe de campagne de Nicolas Sarkozy pour la présidence de l'UMP fin 2014, et ce dernier l'a nommée dans la foulée secrétaire nationale chargée de l'économie numérique. Elle a également soutenu l'ex-président à la primaire de 2016. Enfin, Gilles Platret, connu pour avoir inspiré la proposition de Nicolas Sarkozy de supprimer les menus alternatifs au porc dans les cantines scolaires, avait animé le comité de soutien de ce dernier dans le cadre de la primaire de 2016.

Sur les pas de l'ancien président

Des recrutements qui semblent donner le ton de la campagne qui s'ouvre pour Laurent Wauquiez. L'ancien ministre, qui s'était déjà illustré récemment en recyclant une anaphore de Nicolas Sarkozy lors de la primaire de la droite - "Ici c'est la France" -, a confirmé cet héritage mercredi soir, durant son discours à Mandelieu-La Napoule (Alpes-Maritimes). Il a notamment dénoncé "le déclin des classes moyennes", la présence d'étrangers en situation irrégulière sur le territoire français ou encore la politique du gouvernement qui "donne tout à ceux qui ne font rien et qui ne donne rien à ceux qui font tout et respectent les règles de la République".  


D'ailleurs, c'est dans cette même ville de Mandelieu-La Napoule que Nicolas Sarkozy avait fustigé, lors d'un meeting tenu le 16 septembre, une France qui est devenue "un territoire sans frontière que chacun peut désormais traverser". 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter