Pour diriger LREM, un seul candidat, Christophe Castaner... mais quatre listes concurrentes

Pour diriger LREM, un seul candidat, Christophe Castaner... mais quatre listes concurrentes

Politique
MOINS SEUL - Quatre listes devraient s'affronter en décembre pour permettre aux adhérents de désigner le futur bureau exécutif du parti. Pour autant, le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner, soutenu par Emmanuel Macron, demeure le seul candidat au poste de délégué général, la plus haute fonction du parti.

Pour un mouvement politique qui se réclame du "nouveau monde", rien ne serait pire qu'une élection sans adversaire, façon "vieux" partis politiques. Si Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement soutenu par Emmanuel Macron, est bien le seul candidat déclaré au poste de délégué général de La République en marche (LREM), il devrait malgré tout trouver un brin de concurrence sur son chemin avant d'accéder à la plus haute fonction du parti, lors de la convention prévue le 18 novembre. 


Le conseil d'administration du parti a en effet validé vendredi quatre listes concurrentes pour composer le bureau exécutif, sorte de "gouvernement" qui sera chargé de "la conduite et l'animation du mouvement aux côtés du délégué général", selon les statuts de LREM.  Ces listes doivent être officiellement présentées lundi. 

Huit députés sur une liste concurrente

Face à la liste qui porte spécifiquement la candidature de Christophe Castaner, avec à sa tête la députée LREM Laëticia Avia, mais aussi Richard Ferrand, le patron de la majorité à l'Assemblée, figure notamment une liste "diversité des territoires", conduite par le député Joachim Son-Forget (circonscription des Français de l'étranger Suisse-Lichtenstein). Cette liste concurrente comprend au total huit députés, dont la députée de Paris Delphine O, qui a succédé à Mounir Mahjoubi à l'Assemblée lorsque ce dernier a rejoint le gouvernement, ainsi que des référents et élus locaux. 


Le député Joachim Son-Forget, bien qu'il co-anime une liste concurrente, a toutefois indiqué qu'il parrainait Christophe Castaner pour le poste de délégué général, allant jusqu'à lui souhaiter "bonne chance" pour ce poste qu'il est le seul à briguer.

Deux autres listes devraient être présentées lundi.  Selon Europe 1, il y aura une liste "En Marche citoyen" composée d'animateurs locaux, et une quatrième liste, menée par Amane Guerfi, animatrice d'un think tank interne baptisé le "Comité national En Marche des résidents non-européens". Cette dernière a confirmé sur Twitter la validation de sa liste... Tout en clamant, elle aussi, sa "fidélité" à la candidature de Christophe Castaner au poste de délégué général. 

Conditions restrictives

Bref, de la concurrence, mais seulement pour gouverner sous l'autorité de l'actuel ministre d'Emmanuel Macron. Le 18 novembre, les vingt membres du bureau exécutif seront élus lors d'un vote à main levée par le Conseil, une instance composée de 200 adhérents et 45 élus locaux tirés au sort, mais aussi des membres "de droit" que sont les ministres, parlementaires, référents et élus LREM de grandes collectivités territoriales, ainsi que "15 personnalités désignées au regard de leur contribution à la vie du mouvement". 


Le poste de délégué général, brigué par le seul Christophe Castaner, est soumis à des conditions beaucoup plus restrictives. Le candidat devait, pour présenter sa candidature, avoir obtenu avant le 2 novembre le parrainage de 60 adhérents membres du Conseil, dont 30 députés, 3 sénateurs, 10 référents territoriaux et 5 élus non-parlementaires. Ce qui impliquait, nécessairement, de bénéficier d'une certaine notoriété nationale, voire d'un solide réseau politique. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter