Pour Guillaume Peltier, annuler les élections à cause du coronavirus serait "un recul démocratique sans précédent"

Pour Guillaume Peltier, annuler les élections à cause du coronavirus serait "un recul démocratique sans précédent"

INTERVIEW POLITIQUE - Guillaume Peltier, député du Loir-et-Cher et vice-président du parti Les Républicains, était l'invité d'Elizabeth Martichoux ce mercredi 4 mars. Affichant un soutien sans faille à Rachida Dati à l'approche des municipales parisiennes, il a par ailleurs appelé les banques à aider les entreprises face aux difficultés provoquées par le coronavirus.

La campagne parisienne est une "immense surprise", se réjouit Guillaume Peltier, député du Loir-et-Cher et vice-président des Républicains. Alors qu'à l’automne, "tout semblait acquis soit pour Anne Hidalgo soit pour LaREM" selon l'élu, "la vraie surprise de ces municipales, c’est l'émergence de Rachida Dati et des Républicains", a-t-il déclaré sur le plateau de LCI ce mercredi matin.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Soutien sans faille des Républicains à Rachida Dati pour Paris

"Rachida Dati fait une campagne incroyable, avec son caractère, son tempérament mais surtout un vrai projet de vie quotidienne", estime Guillaume Peltier. Il soutient notamment le programme de la candidate, qui s'adresse aux classes moyennes et s'organise selon lui autour de mesures "hyper-concrètes".

Au jeu des pronostics, Guillaume Peltier est serein. "Ma conviction, c'est que le soir du 15 mars, Rachida Dati sera en tête du scrutin", assure-t-il. Mais "gagner le 1er tour n'est qu'une première étape" pour les Républicains selon lui. Pour la suite, il appelle tous les Parisiens voulant "tourner la page d'Anne Hidalgo" à voter pour elle. Un discours qui rappelle le vocabulaire de la candidate de droite, puisqu'elle se désigne elle-même comme la seule alternative à l'actuelle maire de Paris. "Je dis aux Parisiens : si vous voulez enfin une maire qui va s'occuper de vous, qui va parler de la vie des familles, de la propreté de la sécurité et de vos enjeux du quotidien il n’y a qu’un seul bulletin, qu'un seul vote utile c’est Rachida Dati".

Lire aussi

Sûr de lui, le vice-président LR promet qu'il n'y aura pas de fusion de listes et vante des "frontières étanches" tant côté extrême droite que côté LaREM. "Maintenant, s'il y a des personnalités qui, prenant acte de leur échec, soutiennent notre candidate, c'est la politique logique. Certains prendront peut-être conscience que si on veut tourner la page Hidalgo, il est urgent de soutenir Dati", a-t-il ajouté.

Coronavirus, crise économique et réforme des retraites

Autre sujet majeur dans l'actualité, l'épidémie de coronavirus a été abordée et Guillaume Peltier a rendu hommage "aux médecins et aux personnels de santé" très mobilisés malgré la crise des hôpitaux. "N'oublions jamais qu'ils payent un lourd tribut, un dur sacrifice au nom du bien commun, dans leur investissement" pour la lutte contre le coronavirus, a-t-il déclaré.

"La crise de l’hôpital n'est pas finie, elle est entre parenthèses compte-tenu de l'enjeu d'urgence sanitaire actuelle, mais le gouvernement a tardé à répondre à l'inquiétude immense et à la colère très légitime des personnels de l'hôpital", a dénoncé M. Peltier. Pour l'heure, d'un point de vue strictement politique, le leader des Républicains estime néanmoins que leur "rôle de premier parti d’opposition est d'être auprès du gouvernement pour montrer aux Français qu’on a besoin d’unité et de cohésion pour lutter contre cette crise sanitaire".

C'est aussi le rôle des banques de partager les risques- Guillaume Peltier, vice-président des Républicains

Alors que la crise sanitaire devient progressivement une crise économique en Europe et en France, les mesures annoncées par Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, sont "insuffisantes" pour Guillaume Peltier. En tant que député du Loir-et-Cher, un département dépendant du tourisme avec le zoo de Beauval ou le château de Chambord, entre autres, il assure voir "la préoccupation lourde de tous nos professionnels de la restauration, de l’hôtellerie et de l'événementiel". Il appelle donc notamment à une responsabilité conjointe de l'Etat et des banques : "Il faudrait que Bruno Le Maire demande aux banques un engagement de prêts à taux zéro pour toutes les entreprises en difficulté ces trois à quatre prochains mois de crise du coronavirus".

"Il n'est pas inintéressant d'envisager que le système bancaire, sauvé par les Français et les Etats en 2008, soit aujourd'hui mis à contribution pour sauver les entreprises. Il veut rappeler que "c'est aussi le rôle des banques de partager les risques" et estime que s'il sait "l’importance du système bancaire", il y a un équilibre entre l'économie et la justice sociale. Dans la même pensée, Guillaume Peltier espère que Bruxelles aidera les Etats touchés économiquement par leur gestion de l'épidémie du coronavirus en étant plus souple sur la règle budgétaire des 3%, imposée aux pays de l'Union européenne.

Lire aussi

Toujours sur les conséquences politiques de cette crise sanitaire, Guillaume Peltier estime que ce serait un "recul démocratique sans précédent d’envisager l’annulation des élections" à cause de l'épidémie. Il a dénoncé au passage la "tactique" regrettable et la "brutalité de la méthode" du gouvernement Macron avec la mise en oeuvre du 49.3 pour faire passer la réforme des retraites en pleine crise sanitaire. "C'est au mieux un fiasco parlementaire au pire du cynisme politique", a-t-il regretté. "Sur un immense sujet de préoccupation et un enjeu fondamental que sont les retraites (...) Il faut accepter de prendre le temps et écouter les inquiétudes des Français", a-t-il ajouté. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

EN DIRECT - Election US : Trump appelle ses partisans à "inverser" le résultat, Biden lui répond

"Un chagrin presque insupportable" : Meghan Markle évoque sa fausse couche dans une poignante tribune

EN DIRECT - Mort de Maradona : une veillée funèbre au palais présidentiel argentin

"Papy et mamie dans la cuisine" à Noël : torrent d'indignation après le conseil du Pr Salomon

Lire et commenter