Pour Macron, les primaires sont un aveu de faiblesse

Politique

Toute L'info sur

La démission de Macron

POLITIQUE - Alors qu'il rentre à Paris à la suite d'un déplacement à Calais lundi 27 juin, Emmanuel Macron expose ses idées et ses convictions politiques devant quelques collaborateurs. Cité par "Le Figaro", le ministre de l'Economie a donné un avis tranché sur les primaires et évoqué ses relations avec le PS.

Il n’a pas encore annoncé sa candidature à la course élyséenne. Une décision qui, explique Emmanuel macron, cité par le Le Figaro, "ne se fera pas pour des raisons narcissiques, mais en fonction de la situation du pays".

Alors qu’il voyage en train entre Calais et Paris, après avoir visité plusieurs entreprises et un des navires de la société de câbles sous-marin Alcatel-Lucent Submarine Networks, le ministre de l’Economie expose ses idées, débat et partage sa vision de la politique idéale devant une poignée de collaborateurs et de journalistes. Lui qui définit son parti "En marche !" comme étant "ni de droite ni de gauche", mais à qui l’on prête des idées plus proches de la droite, ironise lorsqu’on lui demande s’il sera candidat : "Celle de la gauche ou celle de la droite?"

Et d’ajouter, selon le quotidien : "Les primaires, c'est la preuve du faible leadership de chaque côté". Le président Hollande appréciera.

"Je peux travailler avec tous ceux qui veulent faire avancer le pays"

Emmanuel Macron dit avoir "toujours respecté les gens du PS", y compris ceux qui ne sont pas d'accord avec lui. "Je comprends très bien que certains me voient comme un personnage qui n'est pas conforme aux promesses de 2012." "Mais, explique-t-il, je ne fais pas ça pour être populaire, je fais ça pour changer les choses. Je me donne du mal et je le fais pour mon pays, pas pour un parti".

Face aux critiques de sa famille politique qui estime parfois qu’il n’est pas assez solidaire, il admet ne "jamais répondre". Déterminé, le ministre n’a que faire des réprimandes et estime que "le clivage est entre progressistes et conservateurs, pas entre gauche et droite. Moi, je peux travailler avec tous ceux qui veulent faire avancer le pays".

EN SAVOIR + 
>>  Hollande est peut-être le patron, mais le favori pour 2017, c'est Macron >>  Bartolone : "Macron aurait mieux fait de se taire" >>  Royal recadre Macron après sa sortie sur les syndicalistes "stupides" >>  Pour Emmanuel Macron, le statut des fonctionnaires n'est "plus justifiable" >> PHOTOS - Emmanuel Macron et ses phrases pas vraiment de gauche

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter