Pour se financer en 2017, Marine Le Pen sera-t-elle contrainte d’emprunter de l’argent à son père ?

DirectLCI
ALLÔ PAPA - Portée par des sondages prometteurs à cinq mois de l’élection présidentielle, Marine Le Pen peine cependant à trouver les financements nécessaires pour faire campagne. Le FN n’exclut pas d’avoir recours à l’association de financement de Jean-Marie Le Pen.

A l’approche de l’élection présidentielle, le FN s’active pour trouver les financements nécessaires pour faire campagne. Selon les cadres du parti, cette quête est particulièrement compliquée.  En effet, les banques françaises rechignent à prêter la trentaine de millions d’euros dont le parti frontiste a besoin pour financer la présidentielle et les législatives. 

"Nous avons du mal avec les banques françaises. Elles nous ont dit qu'elles avaient décidé, toutes, de ne plus participer à des financements politiques de campagnes électorales et que cela valait pour tous les partis. C'est ce qu'elles nous ont dit même si je ne sais pas ce qu'elles font réellement", indique à LCI le trésorier du FN, Wallerand de St Just.


S’il ne désespère pas d’obtenir gain de cause auprès des établissements français, il précise que le FN n’hésitera pas à se tourner vers des banques étrangères. "Nous essayerons de trouver l'argent là où il se trouve, en Russie ou ailleurs, on n'a pas de focalisation sur un pays en particulier", confirme sur RTL le vice-président du FN, Florian Philippot.

Le FN discute actuellement avec la Cotelec

En revanche, le FN dément les informations publiées mercredi par le Canard enchaîné, qui évoque une aide financière russe de 30 millions de dollars. Ce vendredi matin, Florian Philippot, Louis Aliot et Nicolas Bay ont trustés les plateaux des matinales pour dénoncer des "élucubrations". 


L'hebdomadaire satirique se fonde sur la lettre d'un parlementaire républicain, membre du Comité permanent sur le renseignement, qui demande au coordinateur du renseignement américain d'enquêter sur de possibles liens financiers entre le FN et Moscou. Rappelant le prêt de novembre 2014, Mike Turner croit savoir que Marine Le Pen a demandé en février dernier une avance de 30 millions de dollars à la Russie. "En cas de victoire, Marine Le Pen reconnaîtra la Crimée comme faisant partie du territoire de la Russie", précise-t-il. "C'est totalement  bidon", répond Florian Philippot. 


Si le FN n’obtenait aucun prêt de la part des banques, le parti pourrait être contraint de se tourner vers Jean-Marie Le Pen et sa lucrative association de financement, la Cotelec. D’après Wallerand de St Just, des "discussions" sont en cours mais "il n'y a rien de fait" pour le moment. Une chose est sûre, le fondateur du FN ne prêterait pas de l’argent au parti sans contrepartie. C’est pourquoi Marine Le Pen ne devrait se tourner vers cette option qu’en dernier recours.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter