Pour Stéphane Le Foll, Marine Le Pen "vocifère mais ne sait rien faire"

Pour Stéphane Le Foll, Marine Le Pen "vocifère mais ne sait rien faire"

AGRICULTURE - En visite au salon européen de l'élevage à Rennes, Stéphane Le Foll a répondu à Marine Le Pen, qui lui reprochait son "désintérêt" pour la filière.

Stéphane Le Foll contre-attaque. En visite vendredi au Space, le salon européen de l'élevage de Rennes, le ministre de l’Agriculture s'en est pris directement à Marine Le Pen, affirmant qu'"elle vocifère, c'est assez difficile de s'y faire, mais moi je vous le dis : elle ne sait rien faire". La veille, celle-ci, qui faisait un tour sur ce même salon, avait en effet regretté l'absence de tout déplacement d'un membre du gouvernement sur place. Au moment de sa visite, en effet, l'agenda de Stéphane Le Foll n'annonçait pas sa présence à Rennes. "C'est un aveu du désintérêt qu'ils portent à cette filière, un aveu de leur manque de courage", avait alors martelé la présidente du Front National.

"Mon agenda n'est fixé par personne"

Après avoir dans un premier temps justifié son absence par un agenda chargé, comptant notamment une rencontre avec les ministres européens de l'Agriculture et l'apparition de plusieurs cas de fièvre catarrhale ovine sur le sol français, Stéphane Le Foll a annoncé jeudi soir sa venue au Space pour y rencontrer les représentants syndicaux des éleveurs avant d'arpenter le salon. "Le ministre de l'Agriculture fixe lui-même son agenda. Mon agenda n'est dicté par personne", a-t-il affirmé.

A LIRE AUSSI
>>
Marine Le Pen et son père se seraient revus, mais sont loin d'être réconciliés
>>
Pourquoi le plan de Stéphane Le Foll pour l'élevage ne règlera rien

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

AstraZeneca : "Un crève-cœur" pour ces médecins contraints de jeter des doses inutilisées

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 5900 malades en réanimation

Quels sont les scénarios pour rouvrir les terrasses et les lieux culturels le 15 mai ?

Affaire Mia : pourquoi l'alerte enlèvement a-t-elle été levée aussi rapidement ?

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

Lire et commenter