Pourquoi l’interview de Macron face à Bourdin et Plenel n’a pas lieu à l’Élysée

Pourquoi l’interview de Macron face à Bourdin et Plenel n’a pas lieu à l’Élysée

DirectLCI
EXPLICATIONS - Après avoir été accueilli par TF1 et LCI dans une école de l'Orne, jeudi, Emmanuel Macron ne retrouvera pas l'environnement amical de l'Elysée pour répondre aux questions de Jean-Jacques Bourdin et d’Edwy Plenel. Ni même les locaux d’une rédaction. Sur BFM TV et Mediapart, il sera interrogé depuis le théâtre national de Chaillot.

L’an dernier, quelques jours avant son élection à la présidence de la République, Emmanuel Macron est l’invité de la rédaction de Mediapart. Le fondateur du site d'investigation, Edwy Plenel (qui ne doute pas de la victoire du fondateur d’En Marche face à Marine Le Pen lors du second tour) demande au débotté si le futur locataire de l’Élysée accepterait de revenir l’année suivante pour faire le bilan de sa première année au pouvoir. "Chiche", répond alors le candidat. 


C’est donc dans cet esprit que l’Élysée a proposé il y a quelques semaines à Edwy Plenel de réaliser une interview d’Emmanuel Macron. Sauf que les conseillers du président souhaitent que cet entretien n’ait pas lieu dans les locaux de Mediapart et que le journaliste de RMC et BFMTV, Jean-Jacques Bourdin, soit également de la partie.

Le théâtre national de Chaillot, un lieu hautement symbolique

Les deux journalistes, dont l’association est aussi inédite qu'inattendue, sont partants à la condition que l'entretien ne se déroule pas à l’Élysée. Ils refusent en quelque sorte que le président de la République joue à domicile, qu'ils soient reçus au Palais. Ils vont alors proposer différents lieux alternatifs, comme le Collège de France ou le café Fluctuat Nec Mergitur, situé place de la République à Paris.

Trois jours après avoir été interrogé le 12 avril par TF1 et LCI dans une école primaire de Berd'huis dans l'Orne, c’est finalement le théâtre national de Chaillot qui est choisi, pour des raisons à la fois symboliques et de sécurité, comme décor de cet entretien présidentiel, programmé ce soir à 20h35. 

Car comme l'explique Edwy Plenel sur le site de Mediapart, ce bâtiment a accueilli au sortir de la Seconde Guerre mondiale deux assemblées générales des Nations Unies, dont celle de décembre 1948 au cours de laquelle fut adoptée la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter