Prélèvement à la source : "Nous avons l'intention de poursuivre cette réforme", assure Darmanin à LCI et TF1

Politique
INFO LCI / TF1 - Dans une interview accordée à LCI et TF1, le ministre des Comptes Publics est revenu sur ses déclarations, assurant que la réforme de l'impôt sur le revenu se ferait, quelques heures après avoir évoqué un éventuel "arrêt".

La réforme sur le prélèvement à la source va se poursuivre. C'est ce que le ministre des Comptes Publics Gérald Darmanin a assuré ce samedi, dans une interview accordée à LCI, quelques heures après avoir laissé entendre qu'un "arrêt" n'était pas exclu.


"Nous avons l'intention de poursuivre cette réforme", a-t-il déclaré. Un "arrêt", comme le ministre l'a évoqué ce matin sur France Inter, est-il cependant envisageable ? "Non", a-t-il répondu. "J'ai toujours dit que nous avons beaucoup travaillé pour apporter des réponses à Emmanuel Macron. Tant que les choses ne sont pas faites elles ne sont pas faites. Mais le président de la République a dit qu'il avait l'intention de mener cette réforme, il attendait des réponses précises, je lui apporterai avec plaisir."

"Apporter des réponses claires"

En l'espace de quelques heures, le discours de Gérald Darmanin a donné lieu à des interprétations quelque peu différentes. "Nous choisirons ensemble politiquement l'avancée ou l'arrêt, puisque le président de la République l'a évoqué, de la réforme", avait déclaré le ministre sur France Inter, qui rencontrera mardi le président de la République, Emmanuel Macron, et le Premier ministre, Edouard Philippe. 


"Il m'appartient mardi d'apporter des réponses claires", avait-il poursuivi. "C'est plutôt le calendrier du mois de septembre qui a été choisi par le président pour définitivement décider." Il a exclu toute crainte d'ordre technique, mais a reconnu que les débats au sein de l'exécutif portaient sur les conséquences psychologiques de la réforme.

Emmanuel Macron a laissé transparaître cette semaine son hésitation face à ce bouleversement fiscal, déclarant avoir "besoin d'une série de réponses très précises" avant sa mise en place, alors que Gérald Darmanin insistait régulièrement sur le fait que la réforme irait à son terme.


Si elle est mise en œuvre, elle conduira à ce que l'impôt soit collecté directement sur les salaires ou les pensions, et non plus acquitté un an après comme c'est le cas actuellement. De quoi susciter la préoccupation de chefs d'entreprise et de syndicats, qui s'inquiètent de possibles failles ou angles morts.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Impôts et prélèvement à la source : le grand basculement

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter