Edouard Philippe dans "La Grande explication" : "Je ne suis pas un grand fan du RIC"

Politique
RÉFÉRENDUMS - Edouard Philippe a mis une nouvelle fois en garde mercredi soir contre un recours excessif au référendum en évoquant le risque de le faire "sur tout et n'importe comment", dans une "compétition" avec le Parlement. Le Premier ministre était l'invité de "La Grande explication" sur LCI.

Ce 13 février sur LCI, Edouard Philippe a répondu à la question sur le Référendum d'initiative citoyenne (RIC), plébiscité par les Gilets jaunes : "Je suis pas un grand fan du RIC. Je trouve que laisser entendre qu'on pourrait faire sur tout et n'importe comment des référendums, je crois que ce n'est pas la forme de démocratie représentative à laquelle personnellement j'aspire", a dit le Premier ministre, invité de "La Grande explication", émission durant laquelle le chef du gouvernement faisait face à dix Français. 


La Constitution interdit actuellement par exemple de faire un référendum sur plusieurs domaines, dont la politique pénale et par exemple la peine de mort, a-t-il souligné.

"Si on avait eu le RIC, est-ce qu'on aurait fait l'abolition de la peine de mort? Est-ce qu'on aurait eu des avancées qui parfois ont un peu bousculé la majorité de l'opinion publique à un moment", a poursuivi le Premier ministre.


Il s'est montré en revanche plus favorable a redit qu'il était ouvert à l'idée d'élargir les critères pour organiser un référendum d'initiative partagée (RIP), actuellement possible dans la Constitution avec 10% du corps électoral (environ 4,5 millions de personnes) et 20% des parlementaires.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La Grande Explication : 10 Français face au Premier ministre

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter