Présidence de l'UMP : Nicolas Sarkozy élu avec 64.5 % des voix

Politique

UMP – Grand favori du scrutin, Nicolas Sarkozy a été élu samedi président de l'UMP avec plus de 64 % des voix devançant Bruno Le Maire, qui a récolté 29 % des suffrages.

La victoire était annoncée, c’est désormais une réalité. Nicolas Sarkozy a été élu président de l’UMP samedi soir avec 64.5 % des suffrages. L’ancien chef d’Etat devance ainsi ses rivaux Bruno Le Maire (29.18 %) et Hervé Mariton (6.32 %) à l’issu d’un scrutin marqué par une participation record : plus de 58 % des militants ont voté vendredi et samedi soit 155.801 adhérents. Ils étaient 54 % à l’avoir fait en 2012 lors du duel entre François Fillon et Jean-François Copé.

LIRE AUSSI >> Election à l'UMP : la campagne de Nicolas Sarkozy en cinq temps forts

Quelques minutes après les résultats, le nouveau président de l’UMP a posté un message sur Facebook, remerciant les adhérents qui ont voté pour lui. "Leur mobilisation, d’un niveau inégalé dans l’histoire de notre mouvement, est la meilleure réponse à deux années de querelles internes et de divisions", a écrit Nicolas Sarkozy sur le réseau social, saluant ses adversaires Hervé Mariton et Bruno Le Maire "qui se sont engagés dans ce débat avec conviction et respect".

"Une nouvelle force politique, le renouveau"

Un Bruno Le Maire particulièrement "heureux" de son résultat. Réunissant ses partisans dans la soirée à l'Hôtel Pullman (Paris XIVe), le principal concurrent de Nicolas Sarkozy s'est félicité du score réalisé. "Bien sûr que c'est un tournant, ça n'a échappé à personne. Nous avons réussi à faire naître une nouvelle force politique à droite, qui est le renouveau" s'est vanté le député UMP de l'Eure.

"Chacun devra désormais tenir compte du renouveau", a-t-il insisté avant de poser ses exigences, appelant "au respect des personnes, des convictions, des engagements" mais aussi "au rassemblement". Il a d'ailleurs prévu de s'entretenir "longuement" dès lundi avec Nicolas Sarkozy.

"Un grand parti moderne accepte la différence !"

Un peu plus tôt dans la soirée, Alain Juppé avait été l’un des premiers dirigeants du parti à réagir, saluant du bout des lèvres depuis Bordeaux la victoire de son grand rival pour la prochaine primaire à droite. "Je lui adresse toutes mes félicitations très amicales. A lui de redonner à l’UMP l’élan dont elle a besoin. Et pour cela il faudra rassembler", avait commenté le maire de Bordeaux. Avant d’ajouter : "Habemus papam, pardon je cherchais comment dire ‘président’ en latin mais je n’ai pas trouvé".

Autre rival de Nicolas Sarkozy pour 2017, François Fillon avait lui aussi montré peu d'enthousiasme à l'annonce des résultats. "Je félicite le nouveau président de notre formation et ses deux concurrents", avait-t-il déclaré sur son blog sans citer le nom de Nicolas Sarkozy. "Je prends acte du choix des adhérents et j’invite au respect de toutes les opinions exprimées lors de cette élection", poursuivait l’ancien Premier ministre avant de mettre en garde Nicolas Sarkozy : "Un grand parti moderne accepte la différence !" Voilà qui promet d'ici 2017...
 

Lire et commenter