5 choses que vous ignorez (peut-être) sur Henri de Castries, possible futur ministre de François Fillon

Politique
DirectLCI
PRÉSIDENTIELLE 2017 – Henri de Castries, qui a dirigé le groupe Axa durant de longues années, est sorti de l’ombre ce mardi pour annoncer officiellement son soutien à François Fillon. Qui est cet entrepreneur issu de l’ancienne noblesse française, qui pourrait devenir un important ministre en cas de victoire du candidat des Républicains en mai prochain ?

Il a refusé d’être ministre sous Sarkozy

Si Henri de Castries n'a officialisé son ralliement à François Fillon que ce mardi, il a néanmoins toujours navigué entre les affaires et la politique. Régulièrement consulté par Nicolas Sarkozy quand celui-ci a accédé à l’Élysée, il s'était d’ailleurs vu proposer Bercy en 2007, a révélé Challenges en 2014. Une proposition finalement déclinée après hésitation. Sa famille jugeait alors qu’il n’y a que "des coups à prendre en politique". 

Il est catholique pratiquant

 "Je suis un catholique pratiquant épanoui. Mais je ne porte quand même pas la croix en bandoulière", confie-t-il dans un portrait que lui a consacré Libération. Comme François Fillon, Henri de Castries assume sa foi et n’y voit d’ailleurs aucun problème. A ses yeux, "la société française a sur ces sujets des pudeurs que d'autres n'ont pas, pour des raisons qui ne me semblent pas forcément bonnes". Dans un entretien au Point en 2007, il se justifie : "Le pense que la religion fait partie de la sphère privée. Cela dit, pourquoi cacher ce que l'on est ? J'appartiens à une famille catholique, je suis croyant, et la foi m'a aidé à structurer ma vie. Cela ne rend pas parfait, cela ne fournit pas toutes les réponses, mais cela vous donne des valeurs". Ce rapport à la religion le conduit à être partisan d’une "laïcité de tolérance" plutôt que d’une "laïcité de négation".

C’est un descendant du marquis de Sade

Si de nombreux aïeuls de Henri de Castries se sont illustrés par le passé (sa famille compte notamment un maréchal de France, des ministres, un général), le plus connu est sans conteste le marquis de Sade. L’ancien PDG d’Axa est en effet l’arrière-petit-fils de la comtesse de Chevigné, elle-même arrière-petite-fille du Marquis de Sade. 


François Fillon est d’ailleurs très populaire chez les descendants du marquis de Sade, puisque le sénateur Henri de Raincourt, qui a lui aussi soutenu l’ancien Premier ministre lors de la primaire, a également une parenté lointaine avec l’auteur de Justine ou les Malheurs de la vertu.

Il a fait son service militaire avec Hollande

Comme François Hollande, Michel Sapin, Jean-Pierre Jouyet, Ségolène Royal ou encore Dominique de Villepin, Henri de Castries est issu de la célèbre promotion Voltaire de l’Ena (1980). Il n’a pas seulement partagé les bancs de l’Ena avec l’actuel chef de l’État. Tous deux (ainsi que Michel Sapin et Jean-Pierre Jouyet) ont effectué leur service militaire ensemble à Coëtquidan.

Il préside le groupe Bilderberg

Le groupe Bilderberg, qui nourrit des théories complotistes abracadabrantesques, réunit chaque année à huis clos une partie du gratin mondial de la politique et du patronat. Certains comparent ces réunions à une sorte de forum de Davos informel. Si les sujets abordés ne sont jamais communiqués, la liste des invités est rendue publique. Et depuis quelques années, c’est justement Henri de Castries qui préside le comité de direction de ce groupe, à qui l’on reproche notamment de défendre une mondialisation ultra-libérale.

En vidéo

Présidentielle 2017 : Fillon officiellement investi, le candidat droit dans ses bottes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter