Présidentielle 2017 : cette fois, Mélenchon veut "conquérir le pouvoir"

Politique

EN ROUTE VERS L'ELYSEE - Dimanche, face à plusieurs milliers de partisans réunis place Stalingrad, Jean-Luc Mélenchon a livré un long discours offensif avec, en ligne de mire, “la conquête du pouvoir” en 2017. Haragant la foule, la quatrième homme de la présidentielle 2012 a prévenu : "Il y a tout à faire, il faut tout changer".

C’est parti pour Jean-Luc Mélenchon. Dimanche, appelant au rassemblement de "la France insoumise", l’ancien socialiste a, devant plusieurs milliers de partisans réunis place Stalingrad, à Paris, donné le coup d’envoi de sa campagne présidentielle. Une campagne, centrée sur la souffrance au travail et l’écologie, qui ne doit pas être de témoignage, mais qui doit permettre de "conquérir le pouvoir". Rappelant qu’il avait récolté 4 millions de voix sur son nom en 2012, l’ex-patron du Parti de gauche a misé sur le double en 2017, reconnaissant que "la marche est haute".

La primaire massacrée

"Pour qu'elle soit victorieuse, il faut qu'on s'y implique tous, que chacun d'entre vous, à son poste de travail, dans son rôle dans la société, vous soyez les révolutionnaires pour changer la société de fond en comble", a, le verbe haut, solennellement lancé Jean-Luc Mélenchon, fustigeant, dans son long discours, ses cibles habituelles : la Ve République, la technocratie bruxelloise à l’origine de la loi Travail abhorrée ou ses adversaires politiques, de gauche, comme de droite - Juppé, Sarkozy ou Hollande.


Au passage, celui qui est déjà lancé vers son objectif élyséen a définitivement rejeté toute idée de primaire à gauche et ses "obscurs conciliabules". Ce n'est pas "en se groupant comme un troupeau affolé derrière le moins disant, le plus usé ou le dernier arrivé que nous trouverions notre chemin", a-t-il lancé à la foule, ajoutant : "C'est en convaincant un par un, une par une que nous allons avancer pour finalement gagner !"

A LIRE AUSSI
>>  VIDEO - Mélenchon annonce sa candidature pour 2017
>>  Jean-Luc Mélenchon vs Pierre Laurent : la bataille fait rage à la gauche du PS

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter