Présidentielle 2017 : comment les candidats potentiels préparent leur rentrée

Politique
STARTING-BLOCK – La dernière semaine d’août va marquer le lancement de la campagne de nombreux candidats potentiels de droite et de gauche dans la perspective de la présidentielle et des législatives de 2017. Voici comment les principaux ténors organisent leur rentrée.

Quelques jours de repos, puis ils reviennent dans l’arène. A droite comme à gauche, les candidats à la candidature pour la présidentielle se préparent d’ores et déjà à une rentrée musclée, qui s’annonce comme le coup d’envoi de la campagne pour l’échéance de 2017.

► La droite en ordre dispersé
Avec une quinzaine de candidats au compteur, le principal parti de droite Les Républicains fait figure à lui seul de champ de bataille avant même la campagne officielle pour la primaire des 20 et 27 novembre. D’autant que ces postulants doivent réunir les parrainages requis avant le 9 septembre. Le président du parti, Nicolas Sarkozy, en congé au Cap Nègre (Var), devrait faire son retour aux alentours du 22 août, selon Le Parisien . Son état-major est d’ores et déjà au travail et promet une organisation digne de celle "de la police criminelle" . Le calendrier est serré pour l’ancien chef de l’Etat : il devrait annoncer sa démission de la présidence LR puis sa candidature à la primaire dans les jours qui suivront.

Son grand rival et favori de la primaire, Alain Juppé, s’est mis au vert depuis début août dans sa "chère Aquitaine", entre Pays Basque et Pays landais. Ce qui ne l’a pas empêché d’assurer une présence médiatique et de participer, le 15 août, à une messe à Lourdes pour assurer les catholiques de son soutien face au terrorisme. Il lancera sa campagne "trois mois pour gagner" le 27 août, lors d’un meeting à Chatou (Yvelines). Le 28 août, ce sera au tour de François Fillon, qui tiendra son meeting à Sablé-sur-Sarthe.

Après quinze jours de congés dans sa maison au Pays Basque, l’outsider Bruno Le Maire reprend de son côté sa tournée d’été le long des plages jusqu’au 26 août, avant un meeting de rentrée mi-septembre à Sète. Toujours en quête de parrainages, Nadine Morano et Nathalie Kosciusko-Morizet n'ont pas interrompu leurs campagnes durant l’été. Avec respectivement une caravane et un camping-car, Jean-François Copé et Hervé Mariton ont également écumé la France en quête de soutiens. Le premier, qui a obtenu ses parrainages d’élus, ne fera pas sa rentrée avant le 11 septembre, au Cannet. Le second tiendra meeting le 1er septembre à Paris.

Chez les souverainistes, Nicolas Dupont-Aignan (DLF) a laissé ses équipes sillonner les plages durant l'été et effectuera sa rentrée politique le 4 septembre à Aubervilliers. 

 Au PS, avec ou sans Hollande
La décision du conseil national du PS, en juin dernier, a ouvert la voie à l’organisation d’une primaire qui se tiendra les 22 et 29 janvier 2017. Alors que François Hollande devrait retarder l’annonce d’une nouvelle candidature jusqu’à la fin de l’année, les concurrents potentiels n’attendront pas. Animateur de la gauche du PS, Benoît Hamon doit annoncer sa candidature au JT de France 2 mardi soir, selon France Info , avant de rassembler ses soutiens en Seine-Saint-Denis les 27 et 28 août.

Candidat quasi-déclaré, Arnaud Montebourg ouvrira quant à lui les hostilités lors de la Fête de la rose à Frangy-en-Bresse dès le 21 août avec, promet-il, "un discours important qui fera du bruit". Selon Paris Match , le ministre de l’Economie Emmanuel Macron, qui a créé son propre mouvement "En Marche" au printemps, peaufine un ouvrage "philosophique" à Biarritz en attendant la rentrée gouvernementale le 22 août, et de prendre sa décision pour 2017. Tous ces concurrents ne devraient pas se croiser, le PS ayant décidé d’annuler son université d’été cette année. 

 Le Front de gauche au rythme de Mélenchon
Sans attendre la décision du PCF, attendue début novembre, de le soutenir ou non, Jean-Luc Mélenchon, candidat depuis déjà six mois, prévoit son grand raout de rentrée le 28 août à Toulouse sur le thème de la "France insoumise", avec un ouvrage à paraître début septembre. Le gros enjeu, pour le candidat de 2012, reste de réunir les 500 parrainages d’élus nécessaires pour pouvoir se présenter.

 Marine Le Pen, la rentrée sans se presser
Après avoir laissé ses lieutenants s’exprimer dans les médias durant les congés d’été, Marine Le Pen, d’ores et déjà candidate pour 2017 (et créditée d'une seconde place au premier tour), organise sa rentrée politique le 3 septembre 2016 à Brachay (Haute-Marne). Son discours, suivi d’un "déjeuner champêtre", marquera la fin d’une relative cure médiatique estivale. "Le silence de Marine est parfois le silence de la mer", a ainsi poétisé, sur Europe 1 , le député Gilbert Collard. "Le silence de la mer puissante qui attend et qui va provoquer sa vague marine." Traduction : la présidente du FN capitalise sur son silence. 

A LIRE AUSSI
>> Primaire de la gauche : qui sont les potentiels candidats ?
>> Primaire de la droite : qui sont les potentiels candidats ?

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter