Présidentielle 2017 : François Hollande a bien l'intention d'y aller et tente de (re)motiver ses troupes

PRÉSIDENTIELLE - François Hollande a rencontré plusieurs dizaines de parlementaires PS mardi soir au ministère de l’Agriculture afin de jauger sa popularité au sein de la majorité. Déterminé à être candidat, il a tenté de défendre son bilan, assurant que ses 60 engagements "ont presque tous été mis en œuvre".

François Hollande veut encore y croire. Ce mardi, il a rencontré au ministère de l’Agriculture une cinquantaine de parlementaires socialistes afin de prendre le pouls de sa majorité. Le chef de l’État est apparu déterminé à être candidat à sa succession. "Ma seule boussole, le rassemblement. Celui de la gauche de gouvernement, de la France. Nous avons encore beaucoup à faire, c'est le fil que nous devons poursuivre", a-t-il lancé au cours de cette rencontre au sommet où se sont rassemblés ses soutiens.


Le président de la République a ainsi essayé de convaincre les siens qu’il avait encore l’énergie pour rempiler, notamment en insistant sur son bilan qu’il juge positif. "Rien n'a été facile. Rien ne pouvait être facile face à la situation que nous avons trouvé en arrivant. Nous avons rétabli la situation pour les entreprises. Les premiers mois les plans sociaux pleuvaient", a-t-il expliqué, ajoutant que ses 60 engagements "ont presque tous été mis en œuvre".


Sur le chômage, il assume de s’être fixé pour objectif l'inversion de la courbe : "Vous pensez qu'il aurait été possible d'évacuer cette responsabilité ? Je l'ai prise. Dans la vie politique, il faut prendre sa responsabilité. Depuis le début de l'année, le chômage baisse. La tendance est là, mais le combat n'est pas fini."

Sarkozy le "revenant" et Juppé le "passe-muraille"

Il a bien sûr évoqué le livre de confidences faites à deux journalistes du Monde. "Je sais le trouble qu'ont pu provoquer des entretiens et des livres. Mais au-delà de quelques phrases sorties de leur contexte, je ne cesserai jamais de revendiquer, de faire valoir l'action que nous avons menée. Je veux m'expliquer auprès des Français autant que nécessaire", a assuré le président.


Une façon de dire qu'il faudra compter avec lui pour 2017. Malgré des sondages catastrophiques, malgré une impopularité record, François Hollande refuse d’abdiquer. "Face à la dispersion, à l'état de l'opinion, le doute existe, je le partage. Mais qui avons nous en face qui prétend à l'exercice du pouvoir ? La gauche de la gauche, qui a pour seul ministère celui de la protestation. Ils ne veulent pas gagner, ils ne veulent pas gouverner", a-t-il lancé. 


En revanche, Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, eux, le désirent ardemment. François Hollande n’a évidemment pas manqué de critiquer les deux favoris de la primaire de la droite,  qu'il a respectivement rebaptisés le "revenant" et le "passe-muraille". 

En vidéo

François Hollande rassemble ses troupes en vue de la présidentielle

Il a appelé au rassemblement, mais n’a ni méthode, ni calendrier."Un député qui participait à la réunion

Reste que ce raout n'a pas satisfait tout l'auditoire. Cerrtains députés PS sont visiblement ressortis déçus : "C’était une réunion décevante", confie à LCI l’un d’eux. "Il a appelé au rassemblement, mais n’a ni méthode, ni calendrier. Les plus déçus étaient les plus hollandais qui espéraient autre chose. Il n’y avait qu’une cinquantaine de députés malgré une retape énorme toute la journée d’hier. La salle était à peine moitié pleine. Beaucoup de noms prévus ne sont pas venus. Il n’y a pas eu d’applaudissement à son arrivée. La machine est cassée", a également déclaré l’un des participants au Lab.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

2017 : la bataille de la gauche

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter