Présidentielle 2017 : la complainte de Copé, lâché au profit de Sarkozy

Politique
JE ME SENS SEUL - Jean-François Copé, à la peine dans la bataille de la primaire de droite, ne digère pas de voir ses soutiens aspirés par Nicolas Sarkozy. Un tweet amère en témoignait lundi matin.

Jean-François Copé est amère. A mesure que Nicolas Sarkozy fourbit ses armes de campagne, l'ancien patron de l'ex-UMP sent le vent qui tourne. Ou plutôt la tempête. Plafonnant sous la barre des 5% dans les sondages en vue de la primaire de droite, l'ennemi juré de l'ancien président étale désormais son amertume sur les réseaux sociaux.

Après avoir tancé la semaine dernière Nicolas Sarkozy pour avoir choisi Châteaurenard pour son premier meeting de campagne , prévu le 25 août - c'est la commune où Jean-François Copé a l'habitude de faire sa rentrée politique -, le maire de Meaux vient de découvrir tristement son ami (et important soutien à l'Assemblée) Christian Jacob annonçant à son tour son ralliement à Nicolas Sarkozy . Ce qui lui inspire ce triste tweet :  

Une référence, bien sûr, à la bataille fratricide qui opposa Jacques Chirac à Edouard Balladur - alors soutenu par Nicolas Sarkozy - avant la présidentielle de 1995. Jean-François Copé avait alors apporté son soutien à Jacques Chirac, dont on connaît le succès par la suite. Preuve que l'ex-ministre du Budget y croit encore un tout petit peu : il se compare à Jacques Chirac. 

Lucide, Jean-François Copé s'était toutefois rapproché de son vieil ennemi en juin dernier, allant jusqu'à évoquer " des convergences fortes " entre eux. Ses dernières sorties laissent penser que, finalement, il n'est pas encore prêt à enterrer la hache de guerre. 

A LIRE AUSSI
>> Sarkozy à Châteaurenard : "Ce n'est pas la chasse gardée de Copé", dit le maire

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter