Présidentielle 2022 : à Reims, les militants de La France insoumise en quête d'un nouveau souffle

La "Convention de l’Union populaire", organisée par LFI le 16 octobre 2021.

REPORTAGE – Quel est le meilleur moyen pour se (re)donner un souffle électoral à six mois de l’échéance ? La question se pose pour toutes les formations politique, surtout à gauche, où les candidats peine à dépasser les 10% dans les sondages. Un sujet de réflexion pour les Insoumis notamment, réunis ce week-end, à Reims (Marne).

Ce week-end, le parc des expositions de Reims s'est transformé en un grand "bootcamp" pour militants insoumis en quête d’un nouveau souffle pour la campagne présidentielle. Huit ateliers thématiques et surtout très pratiques ont été dressés dans les allées. Comment organiser un porte-à-porte ? Comment aider à trouver des parrainages d’élus locaux ? Comment récupérer des dons ? Argumenter, défendre le programme ? Vaste sujet.

"Il faut arrêter de croire que nous devons être des experts pour faire du porte-à-porte", commence la conseillère de Paris, Danièle Simonnet, quelque peu rôdée à l’exercice. "Il faut partir d’une rencontre. Il faut se présenter, demander aux gens comment ils vont", explique la conseillère de Paris au millier de militants présents, en leur fixant l’objectif ambitieux d’un million de portes toquées pendant la campagne. Certains prennent des notes, d’autres consultent leur kit militant à l’intitulé relativement explicite, "Objectif 2022". Quatorze fiches pratiques et argumentaires qui détaillent les mesures du programme et leur fournissent de quoi répondre aux détracteurs qu’ils rencontrent sur le terrain. 

Toute l'info sur

Élection présidentielle 2022

"Caravanes populaires"

"Est-ce qu’il faut ramener quelque chose ?" interroge Mathias, tout nouveau militant insoumis de 26 ans. "Non, tout est fourni dans la camionnette pour monter un stand et vérifier si les gens sont inscrits sur les listes électorales. Et on en profite pour discuter", répond l’animatrice de l’atelier des "Caravanes Populaires", ces petites fourgonnettes blanches qui ont déjà parcouru les routes de France cet été pour aller chercher les cibles électorales privilégiées des Insoumis pour 2022 : les abstentionnistes et les jeunes. 

Ces véhicules reprendront la route pour les vacances de la Toussaint et Mathias compte bien être de la partie cette fois. "Il faut déjà réussir à insuffler une dynamique collective au sein du mouvement et ensuite la propager dans la population. On va faire des micros actions chaque semaine avec mon groupe local. L’objectif pour la gauche de la gauche, la vraie gauche, c’est de remettre la question sociale au centre du débat et éviter une conception 'zemmourisée' de la politique", s'enthousiasme le jeune parisien.

Lire aussi

Remobiliser les troupes

Et c’est là tout l’objectif de cette "Convention de l’Union populaire" : rassurer les siens, les (re)mobiliser pour faire campagne, quand, à six mois du premier tour de la présidentielle, la gauche peine à imposer ses thèmes dans le débat public et à dépasser les 10% d'intentions de vote. L’entourage du candidat Mélenchon se veut tout de même rassurant, affirmant que la campagne va désormais rentrer dans une nouvelle phase, celle de la mobilisation citoyenne de grande ampleur. 

"On est prêt, on a un candidat, on a un programme, des outils et 2 330 groupes locaux partout sur le terrain, on rentre dans la dernière ligne droite de la campagne", assure Manuel Bompard, députée européen et directeur de la campagne. Jean-Luc Mélenchon prononcera un discours dimanche matin pour clôturer ce week-end militant. Son entourage promet "un réquisitoire contre Macron", désigné comme le principal adversaire du triple candidat à la présidentielle.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 - Variant Omicron : la plupart des cas sont "légers", selon l'agence européenne des médicaments

EN DIRECT - Conférence de presse d'Emmanuel Macron : suivez notre édition spéciale

Covid-19 : peut-on recevoir une dose de Moderna après une vaccination Pfizer (et inversement) ?

Avant son débat face à Bruno Le Maire, que propose Eric Zemmour sur l'économie ?

Le variant Omicron semble avoir un taux de réinfection plus élevé, prévient l'OMS

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.