Présidentielle 2022 : candidate, Anne Hidalgo va-t-elle délaisser Paris ?

Anne Hidalgo à Paris, en mars 2017

DOUBLE CASQUETTE - Désormais candidate à l'élection présidentielle de 2022, Anne Hidalgo va-t-elle pouvoir faire campagne et assurer son mandat de maire de Paris ? Oui, assure son entourage, mais ses alliés s'inquiètent.

Maire de Paris et candidate à l'élection présidentielle. C'est ce qu'est Anne Hidalgo depuis ce dimanche 12 septembre. Réélue en juin 2020 à la tête de la capitale, la socialiste pourrait quitter ses fonctions si elle est désignée présidente de la République au printemps prochain. Mais pour mettre toutes les chances de son côté, Anne Hidalgo va devoir faire campagne... et donc être moins présente à la mairie de Paris.

Mais son entourage se veut d'ores et déjà rassurant. "Elle va exercer ses compétences de maire de Paris de manière complète et entière" tout en étant "en campagne quelques jours par semaine", a indiqué son cabinet à l'AFP. Si "elle sera sans doute physiquement moins présente qu'elle ne l'a été", reconnaît son adjoint (PS) chargé de l'éducation Patrick Bloche, "elle reste plus que jamais maire de Paris". Candidate, elle "continuera à arbitrer les dossiers les plus importants", assure-t-il, alors qu'elle est sur le point de mettre en place sa police municipale et de rendre payant le stationnement des deux-roues.  

Un conseiller assure que l'entrée en campagne va peu affecter l'organisation interne. "Il va y avoir une vraie équipe de campagne et Anne a demandé à ce qu'il y ait une vraie séparation entre la Ville et la campagne", assure-t-il à l'AFP. Le personnel de l'Hôtel de ville qui souhaiterait travailler pour la campagne présidentielle "basculeront vers des contrats de campagne".

Toute l'info sur

Election présidentielle 2022

Le dispositif de gouvernance n'est pas clair."- David Belliard

Toutefois, les alliés communistes et écologistes de l'édile sont plus inquiets. "Les projets pourraient ne plus avancer pour éviter toute polémique", a redouté un élu écologiste auprès de l'AFP. Pour Nathalie Maquoi, cheffe de file des élus Génération.s, "l'incertitude budgétaire" est source de craintes "par rapport aux grands enjeux"

Lire aussi

Même son de cloche chez David Belliard (EELV), l'adjoint aux transports et mobilités : "Aujourd'hui, le dispositif de gouvernance n'est pas clair, on n'a pas d'info, on ne sait pas comment les prises de décision vont être faites", estime-t-il en pointant du doigt l'absence de Plan d'investissement de la mandature (PIM). "On nous dit que rien ne va changer mais tout le monde sait que tout va changer", avance-t-il. 

Pour la suppléer pendant la campagne, la socialiste pourra compter sur son premier adjoint Emmanuel Grégoire, en place depuis 2018. "Anne Hidalgo sait qu'elle peut compter sur moi pour être là où je suis, et c'est à Paris", a-t-il déclaré à l'AFP.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Sous-marins australiens : Paris et Washington se renvoient la balle

EN DIRECT - Covid-19 : confinement prolongé jusqu'au 4 octobre en Nouvelle-Calédonie

Pourquoi la disparition d'al-Sahraoui est un "gros coup" porté au groupe État islamique au Grand Sahara

Patrimoine, assurance-chômage... Les annonces d'Emmanuel Macron pour les travailleurs indépendants

Covid-19 : bientôt un allègement des restrictions en France ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.