Congrès LR : Bertrand sème le doute sur sa présence, Pécresse plaide l'absence de "candidat naturel"

Congrès LR : Bertrand sème le doute sur sa présence, Pécresse plaide l'absence de "candidat naturel"

POLITIQUE - Xavier Bertrand a affirmé vouloir un congrès de "rassemblement" et non "d'affrontement" pour désigner le candidat de la droite à l'élection présidentielle, estimant être le mieux placé pour accéder au second tour. Ce qui n'est pas du goût de Valérie Pécresse.

La droite toujours en quête de son candidat. À deux mois du congrès des Républicains, programmé le 4 décembre pour que les militants désignent l'unique représentant de la droite à l'élection présidentielle, les différents prétendants continuent de s'écharper. Avec une interrogation : Xavier Bertrand y participera-t-il ?

Dans une interview accordée au Figaro, le président de la région des Hauts-de-France continue d'entretenir le flou. Il plaide pour un "congrès de rassemblement" plutôt que "d'affrontement". "Comment imaginer que fin 2021, à quelques mois seulement du scrutin, on continue encore à s'affronter entre nous ?", demande Xavier Bertrand. "Les militants ont écarté la logique d'une primaire. Ils ne veulent pas d'affrontements stériles et ravageurs à l'intérieur de notre famille politique."

Toute l'info sur

L'élection présidentielle 2022

Dès lors, l'ancien ministre du Travail appelle à l'union avant même le congrès, et souhaite discuter avec les autres candidats avant le 13 octobre, date limite des candidatures. "Je suis celui qui peut battre Emmanuel Macron et Marine Le Pen", assure Xavier Bertrand, qui espère un congrès similaire à celui qui avait propulsé Nicolas Sarkozy en 2007, avec un seul candidat. "Ce ne sera pas un congrès avec un seul vainqueur et des vaincus", veut-il croire.

"Je propose que l'on se rassemble", a-t-il encore déclaré ce vendredi. "Pourquoi derrière moi ? Tout simplement parce que c'est assez clair depuis longtemps : je suis celui qui est le plus capable de se qualifier au second tour et de l'emporter."

"Il ne faut pas avoir peur de la sélection", répond Valérie Pécresse

Mais les autres candidats ne l'entendent pas de cette oreille. À commencer par Valérie Pécresse. Malgré les certitudes de Xavier Bertrand à rafler les suffrages en avril prochain, la présidente de la région Île-de-France assure qu'il n'y "a pas de candidat naturel". "À partir de là, il faut jouer collectif", a-t-elle indiqué ce vendredi, au cours d'un déplacement à Cherbourg (Manche).

Selon elle, le vote des militants pour départager les candidats "est un processus d'unité et c'est pour cela que je l'ai accepté". "J'accepte toujours les règles du jeu", a-t-elle martelé. "J'ai beaucoup de respect pour les militants des Républicains, ils ont fait leur choix, je le respecte et je m'y soumettrai. Il ne faut pas avoir peur de la sélection, c'est la condition de l'unité."

Lire aussi

Dans le camp de Michel Barnier, lui aussi candidat à l'investiture LR, le discours est similaire. "Rassemblement rime avec adhérents, pas avec cavalier solitaire", a déclaré sur RFI le député Olivier Marleix, soutien de l'ancien commissaire européen chargé du Brexit. Le choix d'organiser un congrès et non une primaire "a été pris d'ailleurs un peu à la demande de Xavier Bertrand, de ses amis, qui ont fait savoir qu'il participerait si c'était un congrès. C'était il y a six jours, je ne vois pas au nom de quoi on changerait les règles aujourd'hui".

D'après un sondage Opinionway pour Les Échos publié jeudi, l'écart semble particulièrement serré entre Xavier Bertrand et Valérie Pécresse. Si Éric Zemmour n'était pas candidat, le président des Hauts-de-France recueillerait alors 16% des suffrages en tant qu'unique candidat de la droite, contre 15% pour celle de la région Île-de-France, et 9% pour Michel Barnier.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Que risquera-t-on en roulant sans pneus hiver après lundi prochain ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Procès du 13-Novembre - "Je voudrais dire quelque chose" : Salah Abdeslam s'adresse à la cour

"On marche sur la tête" : la colère monte face aux routes bloquées de la frontière franco-espagnole

VIDÉO – Un an de précipitations en 48h : la Sicile frappée par des inondations meurtrières

Tir mortel d’Alec Baldwin : Donald Trump Jr. vend des t-shirts se moquant de l’acteur

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.