Présidentielle - "Il est entré par effraction, il veut y rester par dissimulation" : à Reims, Mélenchon cible Macron

Présidentielle - "Il est entré par effraction, il veut y rester par dissimulation" : à Reims, Mélenchon cible Macron

EN CAMPAGNE - En meeting à Reims ce dimanche, le candidat (LFI) à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon, a longuement attaqué le chef de l'État Emmanuel Macron, qu'il accuse de ne plus être "président" mais "candidat".

La campagne est lancée. En meeting au parc des expositions de Reims ce dimanche, le député insoumis et candidat à l'élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon, a axé son discours sur son opposition à Emmanuel Macron. Devant son pupitre, face à ses partisans et dos à ses soutiens politiques, il a réclamé "une élection honnête, transparente, c'est-à-dire une élection où l'on discute".

Toute l'info sur

L'élection présidentielle 2022

"Le sortant a des devoirs : rendre compte de ce qu'il a fait, de ce qu'il n'a pas fait et ouvertement dire ce qu'il compte faire", déclare Jean-Luc Mélenchon (voir vidéo en tête de cet article). "Qu'est-ce qu'une élection, monsieur Macron ? C'est un peuple qu'on appelle à se poser des questions qui le concernent et qui doit trancher [...] Voici que ce monsieur entré par effraction veut y rester par dissimulation", dénonce-t-il. "Il n'est pas président parce qu'il est candidat, mais il ne le dit pas pour que cela ne rentre pas dans ses comptes de campagne."

Le second tour n'est qu'à une portée de petits points- Jean-Luc Mélenchon

"Monsieur Macron, respectez la démocratie qui n'est pas un spectacle", réclame encore Jean-Luc Mélenchon. "Respectez la République, le peuple français dans son unité profonde, respectez vos opposants parce que c'est le premier devoir du plus puissant."

Le député insoumis estime notamment qu'Emmanuel Macron compte "augmenter la cadence actuelle" s'il est réélu. "Vous avez adoré l'explosion des prix du gaz et de l'électricité ? Il a promis qu'il y aura la suppression des tarifs réglementés du gaz en 2023", affirme Jean-Luc Mélenchon. "Il a promis une nouvelle réforme de l'assurance-chômage. Il a promis de ramener le déficit du budget de 9% à 3% : la plus terrible crise d'austérité de l'histoire de la République !" En outre, le candidat à la présidentielle considère que le chef de l'État va "gâcher la présidence française" de l'Union européenne, prévue au premier semestre 2022.

Lire aussi

Cinquième dans notre dernier sondage Ifop-Fiducial pour LCI et Le Figaro, avec 8% des intentions de vote, mais leader de la gauche, Jean-Luc Mélenchon assure devant ses partisans que "la victoire est possible", notamment grâce au vote des abstentionnistes. "Les sondages montrent que le deuxième tour est à une portée de petits points."

"Allez chercher les nôtres à la maison pour qu'ils viennent voter. S'ils votent, on va gagner. S'ils votent, on a la majorité", lance-t-il, sous les "on va gagner" de la salle. "Vous n'aurez rien du tout si vous ne faites rien", conclut le candidat, assurant que lui et ses soutiens sont "capables de gouverner ce pays."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Variant Omicron : Israël ferme ses frontières aux ressortissants étrangers

"Dites à vos copains non vaccinés qu’ils commencent à nous saouler" : la charge de Patrick Bruel en plein concert

EN DIRECT - Crise des migrants : les ministres européens réunis ce dimanche sans leur homologue britannique

Covid-19 : les six millions de non vaccinés se laissent-ils convaincre ?

"Autonomie" de la Guadeloupe : de quoi parle-t-on ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.