Présidentielle 2022 : le Rassemblement national a encore des problèmes d'argent

Présidentielle 2022 : le Rassemblement national a encore des problèmes d'argent

ARGENT - Endetté et en difficulté pour financer sa campagne, le parti de Marine Le Pen en appelle à Emmanuel Macron pour changer les règles de financement des campagnes électorales. L'argent est un problème récurrent pour le Rassemblement national.

A chaque élection l’histoire se répète : le Rassemblement national a du mal à trouver de l’argent pour faire campagne. A sept mois de l’élection présidentielle, Marine Le Pen a écrit au président de la République pour lui faire part des difficultés de son parti et lui demander de réfléchir à l’ouverture de nouvelles possibilités de financement.

"Bon nombre de candidats potentiels à l’élection présidentielle, certains représentant des courants de pensée importants, se retrouvent confrontés à une quasi-impossibilité de trouver des financements", écrit-elle dans cette lettre datée du 2 septembre. Regrettant qu'une "banque de la démocratie" n'aie pas vu le jour, elle demande à Emmanuel Macron de "saisir très rapidement le Parlement afin d’ouvrir de nouvelles possibilités de financement pour les campagnes électorales et permettre ainsi un sain débat démocratique"

Toute l'info sur

L'élection présidentielle 2022

Depuis 1962, un candidat ne peut pas contracter de prêt auprès d’un particulier. Depuis la loi "pour la confiance dans la vie politique" de 2017, il ne peut pas emprunter d’argent à des banques non européennes, ni à des entreprises privées, mais peut emprunter à des partis politiques.

Le Rassemblement national est un parti très endetté - 24 millions d'euros en 2018 - qui a du mal à se financer auprès des banques. Pour la présidentielle de 2017 il avait eu recours à un prêt russe de 9 millions d’euros contracté en 2014, qu’il est toujours en train de rembourser. Il avait aussi emprunté 6 millions d’euros au micro-parti Cotélec de Jean-Marie Le Pen et 8 millions d’euros à un homme d’affaires très implanté en Afrique, Laurent Foucher.

Le RN mise sur les emprunts patriotiques

Très régulièrement, le parti lance également des campagnes de financement et fait appel à ses sympathisants pour l'aider financièrement. Le 1er juin 2017, pour les élections législatives, le RN avait mis en place un site baptisé "l'emprunt patriotique" pour permettre aux particuliers de prêter de l'argent. Le parti promettait aux prêteurs un taux de 3% sur 12 mois. Via ce système, l'argent est seulement avancé par ces derniers, puisque remboursé ensuite par l'Etat une fois la campagne terminée et les comptes de campagne validés. 

Au printemps 2019, le parti avait également sollicité un emprunt patriotique qui avait permis de lever 4 millions d’euros pour les élections européennes. La technique permet de contourner la loi, qui interdit les dons au-delà de 7500 euros, mais pas les prêts. 

Lire aussi

Cela fait plusieurs années que le parti de Marine Le Pen est empêtré dans ses difficultés financières et a du mal à rembourser ses emprunts malgré les subventions publiques. Par exemple, sur les 5,5 millions d’euros reçus de l'Etat en 2020, 4,4 ont servi à rembourser Cotélec pour un emprunt contracté pour la campagne présidentielle de 2017. Le parti est également dans une logique d'économie salariale et souhaite déménager pour un QG moins onéreux. 

Sur le même sujet

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.