Royal, Vallaud-Belkacem, Taubira... Hollande veut une équipe majoritairement féminine pour sa campagne

Royal, Vallaud-Belkacem, Taubira... Hollande veut une équipe majoritairement féminine pour sa campagne
Politique

PRÉSIDENTIELLE - Alors même qu'il n'est pas encore officiellement candidat, François Hollande réfléchirait déjà à son équipe de campagne. Pour se démarquer de la droite, il voudrait que son équipe soit majoritairement féminine. Tour des horizons des potentielles candidates.

Depuis quelques semaines, François Hollande réfléchirait déjà à son équipe de campagne pour la présidentielle de 2017 et il la voudrait féminine. Le président veut se démarquer de la droite qui n’a qu’une seule candidate à sa primaire. Entre celles qui le soutiennent et celles que le président aimerait attirer, tour d’horizon.

Ségolène Royal, sa plus proche conseillère

Selon des proches du président, c’est sa conseillère de l’ombre. Ségolène Royal, revenue sur le devant de la scène depuis avril 2014, est très fréquemment consultée par François Hollande. Le président appelle plusieurs fois par jours son ancienne compagne pour lui demander son avis. 

Elle a à présent un rôle prépondérant dans la vie du président. Elle le rassure, le défend, le met en garde contre certaines des décisions de son premier ministre, Manuel Valls. Politiquement, Ségolène Royal est sa « caution écolo » d’autant plus que pendant la campagne, elle aura son bilan en tant que Ministre de l’Écologie à défendre. Le président la voit aussi comme un atout important auprès des classes populaires qui l’apprécient.

En cas de réélection, le président aurait promis à Ségolène Royal un poste important à l’international en guise de cadeau.

Najat Vallaud-Belkacem, sa protégée

La ministre de l’Éducation, Najat-Vallaud Belkacem, est très appréciée par le président qui la surnomme affectueusement Pimprenelle. Contrairement, à son fils politique, Emmanuel Macron, Najat Vallaud-Belkacem ne semble pas enclin à trahir François Hollande. Elle semble prête à vouloir le suivre dans cette campagne, elle qui souvent parle de lui comme un « père de famille ». La jeune ministre demande d’ailleurs à ses camarades socialistes de « faire comme si Hollande était candidat » pour que le maximum d’entre eux se range derrière lui. 

La voulant absolument dans son équipe, le président aurait proposé à Najat Vallaud-Belkacem de devenir sa porte-parole. Un poste que la ministre de l’Éducation aurait apparemment accepté.

Martine Aubry, la caution de gauche

Martine Aubry, la maire de Lille, n’est pas encore parmi les proches du président mais il aimerait beaucoup que cela devienne réalité. Ce président, à qui il est reproché de ne pas avoir mené assez de politiques socialistes au cours de son quinquennat, aurait avec Martine Aubry sa caution de gauche.

Pour l’instant, elle réserve sa voix mais elle a tout de même accepté de rencontrer le président au début de l’été. Parmi les candidats déclarés ou non déclarés à gauche, Martine Aubry est certaine de ne pas en soutenir quelques-uns comme Arnaud Montebourg, qui l’a trahi lors des primaires en 2012, ou Benoît Hamon, son ancien protégé, ou encore Emmanuel Macron, qu’elle dit mépriser en privé. Le choix de François Hollande paraît donc logique même si l’attitude de Martine Aubry à l’égard du président n’est pas exemplaire depuis 5 ans. 

Sauf que les temps changent et les alliances aussi. Selon des informations d’Europe 1, le président aurait passé des arrangements pour que certains non-aubristes ne puissent pas briguer de postes lors des prochaines législatives et ainsi que Martine Aubry puisse continuer à garder la main mise sur Lille et sa région.

Christiane Taubira, retour vers le futur ?

Le président aimerait plus que tout que son ancienne Garde des Sceaux le rejoignent dans cette campagne. Après son désaccord avec François Hollande sur la déchéance de nationalité, Christiane Taubira avait décidé de quitter le gouvernement. Mais depuis, contrairement à certains anciens ministres, Christiane Taubira s’est abstenue de critiquer ouvertement le président.

François Hollande souhaite l’avoir dans son équipe car elle incarne notamment chez les jeunes mais aussi chez certains cadres du PS « l’icône » d’une certaine gauche.

Problème pour le président ? L’ancienne Garde des Sceaux entretient le suspense quant à une éventuelle candidature à la présidentielle. Dans une interview à paraître le 13 septembre dans le journal Libération, elle promet de s’engager dans la campagne sans pour autant parler de son cas personnel. Elle a continué à entretenir ce suspens lors de la première de Quotidien, la nouvelle émission de Yann Barthès. Lors de cette interview, Yann Barthès lui demande si la « drague » de certains gauches pouvait à clarifier sa situation personnelle, elle a répondu « je suis capable de résister à la drague ».

Un message pour François Hollande ? 

En vidéo

Présidentielle : "Je résiste à la drague", déclare Christiane Taubira

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent