Présidentielle 2017 : les Français davantage préoccupés par l'économie que la sécurité

Politique

Dans la perspective de l'élection présidentielle de 2017, 64% des Français se déclarent davantage préoccupés par la question de l'économie que par celle de la sécurité, selon un sondage publié samedi 3 septembre. Une inquiétude partagée aussi bien par les sympathisants de droite comme de gauche.

Alors que nombre de candidats à l'échéance de 2017 comptent faire de la sécurité l'un des thèmes majeurs de leur campagne, un sondage semble leur donner tort. Dans la perspective de l'élection présidentielle de 2017, plus de six Français sur dix (64%) se déclarent bien plus préoccupés par les thèmes économiques et sociaux que par l'identité et la sécurité, selon un sondage Elabe pour BFMTV publié samedi 3 septembre.

En effet, seuls 35% des sondés considèrent que les propositions des candidats à l'élection présidentielle "pour défendre l'identité française, la sécurité et lutter contre l'islam radical" comptent plus que celles "pour redresser l'économie, réduire le chômage et lutter contre les inégalités sociales".

Sympathisants de gauche ET de droite

Et ce sont les sympathisants de gauche qui mettent le plus l'accent sur les thèmes économiques et sociaux (83%), contre, tout de même, 62% des sympathisants de la droite et du centre. A l'inverse, les partisans du Front national sont seulement 24% à se déclarer davantage préoccupés par les questions économiques. Les thèmes identitaires et sécuritaires comptent plus pour 76% d'entre eux.

Pour redresser l'économie française, 83% des sondés soutiennent la proposition de "réserver 80% des marchés publics aux PME exerçant leur activité en France". Les trois quarts des personnes interrogées trouvent judicieux de "réduire de 100 milliards d'euros les dépenses publiques en cinq ans". La baisse de 10% de l'impôt sur le revenu remporte l'adhésion de 72% des sondés.

Enquête réalisée en ligne les 29 et 30 août auprès d'un échantillon de 1.002 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter