Présidentielle : si Hollande n'y va pas, Valls sera "un candidat naturel" pour Michel Sapin

Politique
L’HYPOTHÈSE VALLS - Le ministre de l'Économie et des Finances Michel Sapin a estimé sur Franceinfo que le Premier ministre Manuel Valls sera le "candidat naturel" de la gauche si François Hollande ne se présente pas.

C'est un soutien de poids que vient de recevoir Manuel Valls. Invité de la matinale de Franceinfo ce jeudi 3 octobre, Michel Sapin a pour la première fois évoqué la possibilité que François Hollande ne brigue pas un second mandat. Dans ce cas, estime le ministre de l'Économie et des Finances, c'est le Premier ministre qui doit y aller. "Si le président de la République décidait (ndlr: de ne pas se présenter en 2017) - et ceci lui appartient à lui seul, laissons-le prendre sa décision sans être toujours sous des contraintes de toute nature et des commentaires de toute nature -, le Premier ministre sera évidemment un candidat parfaitement naturel pour défendre les couleurs de cette gauche de responsabilité", a déclaré Michel Sapin.

Le ministre, membre de la garde rapprochée de Hollande, a toutefois renouvelé son soutien au chef de l'État, "le mieux placé pour rassembler la gauche". "C'est en fonction de la décision du président de la République qu'ensuite, les uns et les autres prendront la leur", a-t-il affirmé, reconnaissant avoir parlé avec François Hollande de sa candidature potentielle aux présidentielles de 2017.

Un livre-confidence qui pose "question"

Les propos de Michel Sapin interviennent alors que la cote de popularité de François Hollande n'a jamais été aussi basse auprès des sympathisants PS, tandis que celle de Manuel Valls remonte. Seuls 52% des sympathisants PS font confiance au chef de l'État, contre 63% au Premier ministre, selon un sondage Harris Interactive publié lundi 31 octobre sur le site Délits d'opinion. 

Interrogé sur l'ouvrage de Gérard Davet et Fabrice Lhomme "Un président ne devrait pas dire ça", Michel Sapin a estimé que certains éléments "posent question" mais a immédiatement relativisé : "de là à en faire le brouhaha, le bruit, le vacarme d'aujourd'hui, franchement ça ne vaut pas le coup". Depuis la parution de ce livre-confession, les rapports entre Manuel Valls et François Hollande se sont profondément dégradés. Pour le Premier ministre, l'actuel président n'est plus le mieux placé pour représenter la gauche en 2017. 

Lire aussi

Lire aussi

Lire aussi

En vidéo

La mise au point : dans la tête de Manuel Valls

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter