Primaire à droite : comment, sur Twitter, le PS organise sa contre-soirée

Primaire à droite : comment, sur Twitter, le PS organise sa contre-soirée
Politique

Toute L'info sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

GUERRE VIRTUELLE - Pas question de laisser tout l’espace aux candidats républicains et à leurs soutiens ce jeudi 13 octobre. Et surtout pas sur les réseaux sociaux. Simultanément au premier débat de la primaire de la droite et du centre, le Parti Socialiste a décidé d'organiser sa "riposte-party".

Plus de 80 militants, essentiellement des jeunes, sont attendus rue de Solférino à partir de 20h30. Des parlementaires et des secrétaires nationaux du PS ont également été conviés pour les soutenir. 

Tous suivront le débat de la primaire sur un écran géant pour réagir au fur et à mesure sur Twitter et Facebook.  "Nous devons être réactifs et aussi rapides que les équipes des candidats pour investir les réseaux sociaux. C’est une forme de mobilisation car nous savons que beaucoup de français de droite mais aussi de gauche suivront le débat ce soir. Nous avions déjà expérimenté ce type de cellule de riposte en 2012",  explique la porte-parole du parti Corinnne Narassiguin. 

Le PS a choisi son hashtag : #PrendsGarde

Pour autant, il n’y aura pas d’éléments de langage tout préparés car l’idée est de laisser à chaque militant sa spontanéité et sa façon de s’exprimer. Le PS leur mettra cependant à disposition des fiches, des argumentaires, des éléments factuels et des infographies sur les programmes des candidats républicains et sur le bilan de François Hollande. 

De quoi nourrir et alimenter les tweets pour qu’ils ne soient pas simplement sur le registre de l’émotion. Et par souci d’efficacité un hashtag  #PrendsGarde a été choisi par le Parti Socialiste, mais d’autres pourraient être créés en cours de soirée en fonction de la tournure du débat et des commentaires. 

Relancer la motivation des militants qui sont un peu déprimés ces temps-ci"- Corinne Narassiguin

Etre présent sur les réseaux sociaux mais pas seulement.  "Il s’agit aussi pour nous de relancer la motivation des militants qui sont un peu déprimés ces temps-ci. On réactive nos réseaux sympathisants dans une ambiance sympathique en vue de notre propre primaire et de la présidentielle", ajoute Corinne Narassiguin.     

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent