Ralliements à Juppé, Le Maire ou Sarkozy : qui soutient qui chez les centristes ?

DirectLCI
PRÉSIDENTIELLE 2017. Ce mardi, deux nouveaux centristes ont annoncé leur soutien à un candidat de la primaire de la droite et du centre. Hervé Morin se rangera derrière Bruno Le Maire, Philippe Vigier marchera pour Alain Juppé. D’autres ont déjà fait leur choix, pour Nicolas Sarkozy ou François Fillon. De quoi faire régner la cacophonie au centre.

Au mois de mars dernier, le président de l’Union des démocrates indépendants (UDI) Jean-Christophe Lagarde avait décidé de boycotter la primaire de la droite et du centre, et de n’y présenter aucun candidat. Alors aujourd’hui, certains centristes sortent du silence et affirment leur choix personnel face à l’absence de décision collective. Au risque de diviser les rangs au sein de l’UDI, où l’unanimité est loin d'être au rendez-vous. Dans la famille centriste, seul le Modem, porté par François Bayrou, a adopté une position claire en se rangeant derrière Alain Juppé.

Le maire de Bordeaux aurait reçu le soutien d’une vingtaine des 71 parlementaires de l’Union des démocrates indépendants. Leur chef de file à l’Assemblée, Philippe Vigier, est le dernier en date à s'être rallié (lundi dans un entretien au Figaro). Alain Juppé peut également compter sur le soutien de Charles de Courson, député de la Marne qui lui a apporté son parrainage pour la primaire ; Valérie Létard, sénatrice du Nord et Michel Piron, député du Maine-et-Loire. Tous mettent en avant la capacité de l’ancien Premier ministre à rassembler.

115 élus centristes soutiennent Hervé Morin dans sa démarche

Hervé Morin, président du Nouveau Centre et du Conseil régional de Normandie, a lui fait le choix de se ranger derrière Bruno Le Maire. Il estime mardi dans une interview donnée à Paris Match que l’ancien ministre de l’Agriculture "incarne le renouveau" et "parle vrai". "J’aime assez l’idée de ne pas choisir un des deux favoris. Je ne veux pas laisser les sondages influencer mon choix" ajoute-t-il. Surtout, Hervé Morin affirme dans une tribune publiée sur le site du JDD que 115 élus centristes le soutiennent dans sa démarche. Parmi eux, le sénateur de l’Eure Hervé Maurey et la sénatrice de Seine-Maritime Catherine Morin-Desailly. Bruno Le Maire est également soutenu de longue date par Yves Jégo, pour les mêmes raisons qu’Hervé Morin. Le premier vice-président de l’UDI l’a même parrainé.



Nicolas Sarkozy peut quant à lui s’appuyer sur l'appui de Maurice Leroy, son ancien ministre de la Ville. Celui qui hésitait à se rallier à François Fillon a été nommé porte-parole de la campagne de l’ancien président. En début de semaine, le député des Alpes-Maritimes Rudy Salles a également affirmé son soutien à l'ex-chef de l'Etat, gage d’"efficacité" selon lui.

"Heureusement que le ridicule ne tue pas"Hervé Morin

Ce qui ressort de cette situation, a résumé Hervé Morin dans Paris Match, c’est que l’UDI "n’a pas de projet", "n’est pas audible", "n’est pas uni". "La stratégie de l’UDI est abracadabrantesque. On commence par dire que ‘les primaires ne nous concernent pas’ puis dans un second temps ‘on pourrait être avec Macron’ et enfin ‘on va soutenir Juppé’ ! Heureusement que le ridicule ne tue pas."


Pour clarifier la situation le président de l’UDI Jean-Christophe Lagarde, qui estime que la majorité de ses troupes n’a pas encore fait de choix entre les candidats, devrait annoncer son ralliement à l’un d’entre eux autour du 15 octobre. Il se positionnera certainement derrière Alain Juppé. Cependant, Yves Jégo tire la sonnette d’alarme. Pour lui, cela "constituerait un virage à 180° par rapport au congrès, et dangereux pour la cohésion de l’UDI". Quant au Parti radical de Laurent Hénart, membre de l’UDI, il proposera à ses troupes de se prononcer sur la question lors d’un vote le 12 octobre.

VIDÉO - Primaire : l'ancien ministre Hervé Morin (UDI) soutient Bruno Le Maire

En vidéo

Primaire : l'ancien ministre Hervé Morin (UDI) soutient Bruno Le Maire

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter