Primaire à droite : Valérie Pécresse soutient Alain Juppé, celui "qui saura restaurer l’autorité de l’État"

Primaire à droite : Valérie Pécresse soutient Alain Juppé, celui "qui saura restaurer l’autorité de l’État"

MANŒUVRE - Valérie Pécresse a choisi. Celle qui avait été nommée ministre sous la présidence de Nicolas Sarkozy a annoncé dans une interview au Figaro publié ce mardi qu'elle apportait son soutien à Alain Juppé, le favori dans cette primaire à droite.

Valérie Pécresse, présidente LR de la région Ile-de-France, annonce son soutien, dès le premier tour de la primaire de la droite pour 2017, à Alain Juppé, qui "saura restaurer l'autorité de l'Etat" et "relever la fonction présidentielle", dans un entretien au Figaro mardi.

"J’ai longuement réfléchi à ce qui, pour moi, est le meilleur choix pour le pays aujourd’hui et j’ai décidé de soutenir dès le premier tour Alain Juppé. Il sera un président fort, qui saura réformer et restaurer l’autorité de l’État. Après cinq ans de mandat de François Hollande, il est impératif de relever la fonction présidentielle qui a été abaissée. Il est l’homme qu’il faut pour cela", déclare l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, qui avait soutenu François Fillon face à Jean-François Copé pour la présidence de l'UMP en 2012.

Les sarkozystes "hypocrites" vis-à-vis de Bayrou

Dans son interview, Valérie Pécresse demande aussi aux sarkozystes de cesser d'être "hyprocrites" en attaquant François Bayrou. "Sans les voix de l'UDI et du MoDem, ni Laurent Wauquiez, ni Christian Estrosi, ni moi n'aurions été élus présidents de région, déclare la présidente de la région Ile-de-France. Et cela ne m'empêche pas, je vous le garantis, de mener une politique de franche rupture avec dix-sept ans de gestion socialiste en Île-de-France."

 "En 2007, alliés au MoDem, nous avons gagné. En 2012, sans le MoDem, nous avons perdu. Ne faut-il pas en tirer les leçons ? J'ajoute que, pour réussir, il ne suffit pas de conquérir le pouvoir mais il faut savoir l'exercer. On ne peut pas réformer en profondeur sans entraîner une majorité du pays derrière nos idées. Rétrécir notre majorité, c'est se condamner à l'immobilisme", ajoute-t-elle.

Lire aussi

    VIDEO - Primaire de la droite : "Alain Juppé mène la course"

    En vidéo

    Primaire de la droite : "Alain Juppé mène la course"

    En vidéo

    Primaire à droite : Pécresse courtisée de toutes parts

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Le Pen, Zemmour et Bertrand toujours au coude-à-coude

    EN DIRECT - Covid-19 : le seuil des 6000 cas à nouveau franchi ce mercredi

    "Maintenant, il va falloir qu'il se calme" : Jean-Michel Blanquer recadre Eric Zemmour

    Tempête Aurore : 9 départements en vigilance orange, des rafales jusqu'à 130 km/h attendues

    Enseignants menacés de mort à Marseille : un homme placé en garde à vue

    Lire et commenter
    LE SAVIEZ-VOUS ?

    Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

    Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.