Primaire de la gauche : comment Benoît Hamon instaurerait le revenu universel s'il était élu

Primaire de la gauche : comment Benoît Hamon instaurerait le revenu universel s'il était élu
Politique
MOI PRÉSIDENT - Benoît Hamon a confirmé ce lundi qu'il mettrait d'abord en place son revenu universel pour les 18-25 ans s'il était élu président en 2017. Il le généraliserait ensuite à tous les Français au cours du quinquennat. Il souhaite que tous les citoyens touchent tous les mois 750 euros.

S'il était élu président en mai 2017, Benoît Hamon mettrait en place le revenu universel en plusieurs étapes. "Sur une mesure comme celle-là, j’assume parfaitement qu’il faille des temps. Le premier temps sera de permettre à tous les jeunes de rentrer dans la vie active, la vie sociale, avec un revenu qui leur assure une protection, une autonomie par rapport à leur famille", a déclaré l'ancien ministre de l'Education nationale, invité de BFMTV ce lundi matin. Le candidat à la primaire organisée par le PS souhaite élargir le RSA actuel, disponible à partir de 25 ans, aux 18-25 ans, et l'augmenter de 10%, "ce qui le portera de 535 euros aux alentours de 600 euros". 

A l'issue de cette phase d’observation, "on aura les moyens de concevoir de quelle façon généraliser dans de bonnes conditions le revenu universel". "On arrivera au revenu de 750 euros pour tous pendant le quinquennat." Appliquée aux jeunes, la mesure coûterait 19 milliards d'euros. Appliquée à tous, le coût serait de 300 à 450 milliards.

Une augmentation des prélèvements

Dans une interview aux Echos diffusée dimanche, Benoît Hamon a expliqué que la mise en place de ce revenu universel élargi se traduirait par une hausse des prélèvements, "mais principalement et exclusivement sur les plus hauts revenus". Il a aussi fait part de son intention d'organiser une "grande conférence citoyenne" en 2019 pour arrêter le périmètre définitif du revenu universel.

En vidéo

JT 20H - Temps de travail, 49-3, minima sociaux : l’interview de Benoît Hamon

Tout savoir sur

Tout savoir sur

2017 : la bataille de la gauche

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter