Primaire de la gauche : Emmanuel Macron, la menace fantôme ?

Politique
ZOOM - Emmanuel Macron inquiète. Le vainqueur de la primaire organisée par le PS pourrait-il se rallier à lui ? Le phénomène Macron est-il une réalité en chiffres ? La primaire à gauche a-t-elle des chances de dynamiser le candidat PS ? La mise au point de Renaud Pila.

Si Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron et le vainqueur de la primaire de la gauche se présentent tous les trois au premier tour de la primaire de la gauche, de plus en plus d’élus socialistes se posent la question d'un ralliement ou d'un désistement de leur candidat en faveur de l’ancien ministre de l’Economie. Mais la dynamique qui entoure actuellement Emmanuel Macron est-elle une réalité en chiffres ? Et peut-elle influer sur la primaire de la gauche et sur le candidat  élu ? 

La menace Macron en chiffres

Il ne s'agit plus que d'une bulle médiatique car Emmanuel Macron peut désormais aligner des chiffres.  L’affluence dans ses meetings est palpable.  Depuis un mois, l'ex-ministre de l'Économie rassemble des milliers de personnes.


A commencer par son grand meeting de lancement de la campagne à Paris le 10 décembre où 9000 personnes étaient présentes. Le 6 janvier dernier à Nevers, ce sont 1000 personnes qui se déplacent. Le lendemain, 2500 personnes à Clermont Ferrand là où Manuel Valls ne rassemblait que 300 personnes la semaine suivante. Enfin, samedi dernier à Lille, ils étaient 4000 à être venus. 


La personnalité d’Emmanuel Macron suscite donc de la curiosité et de l'engouement. Une réalité qui se voit aussi dans les journaux, les Unes consacrés au candidat Macron augmentent de 30% les ventes.  Enfin son évolution dans les sondages favorise une candidature de plus en plus solide. Début décembre,  dans un sondage BVA pour la presse régionale, seules 24% des pro-Macron étaient sûres de leur choix.  Dans un même sondage vendredi, ils étaient 50%.

La primaire à gauche, quel succès ?

C’est la vraie question qui va se poser dans les 10 jours à venir. Pour que le PS sauve sa candidature, il faut que les Français votent en nombre. Les instituts de sondage évaluent entre 1,8 million et 3 millions de votants. Pourtant si compare l'audience des débats télévisés, le succès de la primaire socialiste inquiète. Le débat de la primaire de la droite sur TF1 réunissait  5,6 millions de personnes quand la semaine dernière, celui de la primaire de la gauche en réunissait seulement  3,8 millions. C'est également le cas pour dimanche,  le débat sur BFM et iTélé a réuni 1,7 million de personnes, quand à droite, le débat en avait rassemblé 2,9 millions. 


Si jamais le candidat élu à la primaire du PS réunit peu de votants, Il est possible qu'il subisse certaines pression pour se retirer au bénéfice de l'ancien ministre de L'Économie. 


Mais au delà de la candidature d'Emmanuel Macron, ce qui se joue dans cette élection présidentielle, c’est l’existence du PS en lui-même. 

En vidéo

Et si le gagnant de la primaire de la gauche se ralliait à Macron ?

En vidéo

Emmanuel Macron : "Je salue toutes celles et ceux qui se retrouvent dans la proposition politique de "En marche"

En vidéo

Macron la solution pour la gauche ? "Il a plus de chance que la gauche en ayant un candidat", selon une Lilloise

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Emmanuel Macron dans la course à l'Elysée

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter