Primaire EELV : Jean-Marc Governatori, électron libre de l'écologie

Jean-Marc Governatori, co-président de Cap Écologie, en mars 2021.

DÉBAT DES ÉCOLOGISTES - Seul candidat à la primaire EELV à ne pas être issu de la gauche, Jean-Marc Governatori copréside Cap Écologie, mouvement issu d'une fusion avec le parti de Corinne Lepage. Familier des scrutins, il a imposé sa présence dans cette primaire grâce à une décision de justice.

Sur les cinq candidats à la primaire EELV, il est le seul à ne pas se revendiquer de gauche. Jean-Marc Governatori, 62 ans, coprésident de Cap Écologie, a d'ailleurs failli ne pas pouvoir se lancer dans cette bataille : il a fallu un jugement rendu en juillet dernier par le tribunal judiciaire de Bobigny pour que les organisateurs de la primaire se résolvent à l'intégrer parmi les compétiteurs. 

Électron libre des mouvements écologistes, cet habitué des scrutins devrait ainsi fortement trancher lors du débat à venir sur LCI le 8 septembre, lui qui appelle à "sortir l'écologie de la gauche" quand ses concurrents estiment au contraire que seule l'union avec les forces de gauche permettra une victoire en 2022. 

Proche du centre et de l'ancienne ministre Corinne Lepage, avec laquelle il co-dirige Cap Écologie, Jean-Marc Governatori porte une série de propositions issues de son mouvement d'origine, l'Alliance écologiste indépendante, créée en 2009 à partir d'une fusion de plusieurs formations, dont celle d'Antoine Waechter. Il préconise ainsi "des mesures applicables dès maintenant, simples et efficaces", défendant par exemple "l'interdiction formelle" de la chasse et de la corrida, l'interruption de la construction de bâtiments au profit de la rénovation ou encore la mise en place d'un gouvernement qui reposerait sur un triumvirat composé de trois Premiers ministres élus respectivement par le Sénat, l'Assemblée nationale et une chambre citoyenne. 

Toute l'info sur

Les débats de la primaire écologiste sur LCI

Lire aussi

"Le parti des gens dépités"

Ancien directeur de magasins dans le sud de la France, l'entrepreneur niçois a vendu ses affaires pour se lancer en politique au début des années 2000. Il a dès lors multiplié les tentatives lors des scrutins locaux ou nationaux. En 1997, s'était ainsi présenté sous l'étiquette divers droite dans les Alpes-Maritimes, récoltant 4,6% des suffrages, avant de connaître un nouvel échec en 2002.

Jean-Marc Governatori s'est fait connaître en fondant, en 2004, le mouvement La France d'en bas, rebaptisé plus tard La France en action, avec lequel il proposait de donner "une belle leçon" à "ces imbéciles qui gouvernent le pays depuis trente ans avec les résultats que l'on sait". "Nous voulons dépasser le clivage gauche-droite", clamait-il en 2006. "Nous sommes le parti des gens qui sont dépités : notre électorat est partout." Son mouvement a obtenu 1,5% des suffrages aux élections européennes de 2004. S'enchaîneront de nouveaux scores, marginaux, aux législatives de 2007, puis aux européennes de 2009 et aux régionales de 2010, cette fois en Ile-de-France. Sa tentative pour se présenter à l'élection présidentielle de 2012 au nom de l'Alliance écologiste indépendante capotera, faute de parrainages. 

Jean-Marc Governatori connaîtra plus de réussite lors des régionales de 2015 (4%) et aux municipales de 2020, lors desquelles sa liste "Nice Écologique", maintenue au second tour face à Christian Estrosi (LR) et Philippe Vardon (RN), reçoit 19.3% des suffrages, lui permettant d'être élu conseiller municipal. 

Controverse avec EELV

C'est un accord passé entre Corinne Lepage et EELV qui, faute d'avoir permis une liste d'union aux régionales de 2021 en Paca, le pousse à se présenter à la primaire écologiste pour la présidentielle de 2021. Des divergences entre l'ancienne ministre et EELV conduisent finalement à son exclusion de la primaire. Governatori, lui, est critiqué par le mouvement écologiste pour ses prises de position au sujet de la crise sanitaire du Covid-19, contre l'obligation vaccinale au sein de certaines professions et le pass sanitaire instaurés par l'exécutif. 

Il aura donc fallu la décision du tribunal de Bobigny, en juillet, pour réintégrer de force ce postulant à la primaire de septembre. Du même coup, Jean-Marc Governatori débattra à égalité avec ses concurrents écolos sur LCI, mercredi à 20h45.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Crise des sous-marins : Paris annule une réunion entre les ministres de la Défense français et anglais

Afghanistan : le groupe État islamique revendique deux attaques à la bombe contre les talibans

Emmanuel Macron a-t-il "dépensé entre 5 et 7 milliards d'euros en quinze jours" ?

Avant les sous-marins australiens, le cas des F-35 américains préférés aux Rafale par la Suisse

"Cet épisode va laisser des traces" : après la crise des sous-marins, la France peut-elle quitter l'Otan ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.