Primaire Les Républicains : qui franchira l'obstacle des parrainages ?

Primaire Les Républicains : qui franchira l'obstacle des parrainages ?

PRESIDENTIELLE – A partir de vendredi , les adhérents des Républicains peuvent choisir leur candidat pour la primaire. Metronews fait le point.

La primaire des Républicains pour 2017 entre dans sa dernière ligne droite. A partir de vendredi, les élus affiliés au parti pourront apporter leur parrainage à l'un des douze candidats en lice via un formulaire accessible en ligne. Ces parrainages feront office de premier barrage filtrant, puisque les règles du jeu prévoient qu'un candidat doit obtenir le soutien d'au moins 2500 adhérents et de 250 élus issus de 30 départements, dont 20 parlementaires. Une barre qui ne devrait pas poser de problèmes aux principaux participants, mais qui devrait s'avérer plus difficile à franchir pour les plus petits d'entre eux.

EN SAVOIR + >> En images, les candidats à la primaire des Républicains

Ceux qui font la course en tête…

Dans cette course aux soutiens, François Fillon a montré les muscles jeudi. L'ex-Premier ministre de Nicolas Sarkozy, mal placé dans les sondages, a frappé un grand coup en diffusant une liste de 72 élus prêts à le soutenir. Parmi eux, le président du groupe Les Républicains au Sénat Bruno Retailleau, le président de la Commission des Lois de la Haute Assemblée Philippe Bas ou encore les députés Pierre Lellouche, Thierry Mariani et Bernard Debré. Derrière lui, deux autres candidats semblent bien partis pour se sortir d'affaire : Alain Juppé et Bruno Le Maire compteraient chacun une trentaine de parlementaires dans leurs rangs Nicolas Sarkozy, de son côté, n'a pas officiellement annoncé sa participation à la primaire mais ne devrait pas avoir de mal à trouver ses parrainages. Le dernier de ces candidats qui ne devraient pas avoir de souci à se faire est le député Jean-Frédéric Poisson. En tant que représentant du Parti Chrétien-Démocrate (PCD), il n'a en effet pas besoin de trouver des soutiens parmi les parlementaires.

… Et ceux qui galèrent

Derrière ces sprinters, les autres candidats ont plus de mal à trouver des soutiens. Jean-François Copé aurait ainsi trouvé 25 parlementaires prêts à l'appuyer, selon France Info, même si "il ne s'attendait pas à ce que ce soit si dur", comme le confie un de ses proches à la radio. Pour les autres, difficiles de savoir ce qu'il en est : chacun assure être en bonne voie, sans avancer le moindre chiffre. Tout juste peut-on compter les soutiens déjà déclarés, peu nombreux : Hervé Mariton, député de la Drôme, en compte deux, et Nathalie Kosciusko-Morizet trois. Nadine Morano, Frédéric Lefebvre, Jacques Myard et Geoffroy Didier n'en comptent eux aucun.

A LIRE AUSSI >> Primaires de droite : Sarkozy dévisse dans les sondages

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Le médecin de Maradona inculpé pour homicide involontaire, comment en sommes-nous arrivés là ?

Isolement des patients Covid : "Il faut arrêter de contraindre les libertés", estime le Pr Juvin

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

VIDÉO - "Ça va... plus ou moins" : miraculé, Romain Grosjean donne de ses nouvelles

Producteur tabassé : le policier soupçonné d'avoir lancé la grenade lacrymogène placé sous contrôle judiciaire

Lire et commenter